Collectif ‘’Sauvons la Presse Privée’’ : Enfin un syndicat pour défendre les journalistes !

10

La presse malienne est malade…Elle est malade à cause de la mauvaise gestion de certains de ses responsables qui s’emploient au détournement de tout ce qui est (matériels et argent…) destiné à la corporation. Victime de ces maux, la presse privée doit être assainie et les intérêts des journalistes doivent être défendus. C’est conscients de cela, qu’une trentaine de Directeurs de publication ont porté sur les fonts baptismaux Le Collectif ‘’Sauvons la Presse Privée’’(CSP). C’est le Directeur de publication du bihebdomadaire ‘’Le Pays’’, Boubacar Yalkoué, qui a été désigné Porte-porte de ce nouveau syndicat de la presse privée.
« Rien de grand ne s’accomplit dans la vie sans la complicité des grands hommes ». Ce proverbe sied bien à cet acte d’une trentaine de directeurs de publication qui ont décidé d’assainir la presse privée. Né avec des dents, le Collectif ‘’ Sauvons la Presse Privée’’ se fixe comme mission principale : la défense sans relâche des journalistes sur tous les plans. Véritable syndicat de la presse privée, le CSP s’est attaqué immédiatement à l’affaire de la cité de la presse Zrny sise à Yirimadjo. Une affaire qui constitue aujourd’hui une honte pour toutes les bonnes consciences, pour beaucoup de journalistes, et pour tout le pays. Destiné à la presse privée écrite, cet espace a été détourné par un clan qui en a fait sa propriété privée. Pour élucider cette affaire, le Collectif a saisi le Premier ministre à travers une lettre avec ampliation aux ministres des domaines et affaires foncières ; de l’économie numérique et de la communication ; la Haute Autorité de la Communication ; la Maison de la presse, l’Assep. Décidé à aller jusqu’au bout afin de tirer cette affaire au clair, le CSP entend mener d’autres actions dans les jours à venir.
Le CSP est engagé sans calcul dans ce combat. Il s’engage à défendre tous ceux qui sont ou seront victimes de menaces, d’agressions physiques… pour avoir utilisé les canaux d’expression tels que : la presse écrite, les radios, les télés, les réseaux sociaux. Dans cette dynamique, le CSP a publié des communiqués condamnant avec la dernière énergie des actes barbares contre la liberté d’expression et par-delà la démocratie malienne. Il s’agit de la tentative d’assassinat de Madou Kanté dit Maréchal Madou ; de la disparition du journaliste Birama Touré, le cas du Directeur de Publication du journal le Figaro-du Mali, Ammi Baba Cissé, le dossier Ras Bath, les menaces de mort proférées à l’endroit d’un journaliste du journal en ligne Mali-ACTU. NET, Salif Diarrah…
Dans les communiqués rendus publics, le CSP n’a pas manqué d’interpeller les autorités à prendre les dispositions nécessaires, dans un bref délai pour élucider les cas.
En tout cas, conscient qu’il urge d’assainir la presse privée, le CSP entend lutter farouchement contre tous ceux qui ont détourné les biens de la presse.
Soulignons que le CSP est ouvert à tout journaliste qui a le souci de la transparence et du bon fonctionnement de la corporation.
Agmour

Source : aBamako

aBamako