Ecoles de la Gendarmerie nationale : Fin de stage pour une quarantaine d’officiers

5

La cérémonie de fin de stage de la 8è promotion du Diplôme d’Etat-major de la gendarmerie (DEMG) et de la 19è promotion du Cours supérieur de gendarmerie, a eu lieu, vendredi dernier, dans les Ecoles de la gendarmerie nationale sises à la Caserne «chef d’escadron Balla Koné» de Faladié.
L’événement était présidé par le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général de brigade Salif Traoré. C’était en présence du chef d’Etat-major général des Armées, le général de brigade M’Bemba Moussa Kéita, des officiers supérieurs, du gouverneur du District de Bamako, Mme Sacko Aminata Kane.
Les questions de sécurité deviennent de véritables enjeux socio-politiques. Pour faire face à l’insécurité galopante, les Ecoles de la gendarmerie jouent un rôle prépondérant dans la lutte contre les nouvelles menaces à travers des modules de formation spécifiques, et le renforcement des capacités du personnel. A l’entame de son allocution, le commandant des Ecoles de la gendarmerie nationale, le colonel Seydou Kamissoko, dira que grâce à l’engagement et la détermination de tous les acteurs, les objectifs de ces deux sessions de formation ont été largement atteints en dépit de certaines difficultés et contraintes qui ont jalonné l’exécution de leur programme. Selon lui, cette performance réalisée met en évidence la place reconnue de la formation dans le processus de réforme du secteur de la sécurité en cours au sein de la gendarmerie nationale.
Par ailleurs, le colonel Seydou Kamissoko a indiqué que 16 officiers stagiaires du DEMG du grade de capitaine à chef d’escadron (dont 9 du Mali, 1 du Sénégal, 1 du Bénin, 1 du Niger, 1 du Togo et 3 de la Guinée Conakry), ont bouclé 4 mois de formation dans des domaines tels que: la méthode d’élaboration de décision opérationnelle, les écrits de services, les connaissances interarmes et dans les domaines des études stratégiques. En outre, 20 stagiaires du Cours supérieur de gendarmerie, du grade de sous-lieutenant en provenance de notre pays et de la sous régions, ont subi avec succès 10 mois de formation dans plusieurs matières: la procédure pénale, le droit pénal spécial, la procédure écrite, la médecine légale, la police technique et scientifique, le renseignement et l’informatique. L’objet de ce stage de formation d’officiers cadets, a précisé le commandant des Ecoles de la gendarmerie nationale, est d’assurer la formation professionnelle des participants en les rendant aptes à commander de petites unités territoriales et mobiles de gendarmerie, de taille de l’effectif d’un peloton.
De son côté, le directeur général de la gendarmerie nationale, le magistrat colonel-major Satigui dit Moro Sidibé, a félicité les stagiaires pour leur succès aux différents stages et l’encadrement pour les résultats obtenus qui traduisent incontestablement l’immense effort consenti de leur part. Cette cérémonie, a-t-il dit, offre un cadre approprié d’échanges et de partages d’expériences avec les animateurs de différentes structures et partenaires en charge de la formation, dans le but d’enrichissement réciproque et d’amélioration des performances en matière d’instruction.
Par ailleurs, le magistrat colonel-major Satigui dit Moro Sidibé a salué le gouvernement pour l’adoption de la loi d’orientation et de programmation militaire et la loi de programmation relative à la Sécurité intérieure. Il a, enfin, remercié les partenaires bilatéraux qui ont soutenu leurs actions de tous les jours. Il s’agit notamment, du détachement de gendarmerie de coopération française, de la MINUSMA, d’EUCAP-Sahel, de l’EUTM, du projet Niche du Royaume des Pays-Bas.
Après la remise symbolique des diplômes aux trois 1er de chaque stage, le porte-parole des stagiaires, le capitaine Samba Karim Timbo, a rappelé que les stages du DEMG et du CS ont pour principal objectif de dispenser un enseignement technique, tactique et administratif de haut niveau visant à renforcer les capacités managériales des officiers afin de faire d’eux des experts à l’exécution optimale des missions les plus pointues et spécialisées. Le capitaine Samba Karim Timbo dira que pour une force de sécurité engagée au quotidien de la population, la formation est avant tout un levier stratégique, gage d’efficacité et de cohésion dans un environnement sécuritaire spécifique.

Mamadou SY

Source : aBamako

aBamako