Me Zana Koné au sujet de la condamnation de Ras Bath « C’est une décision qui a une forte odeur politique »

14

Le tribunal de la Commune IV a condamné le chroniquer Ras Bath à 12 mois de prison et 100.000 francs d’amende. Suite à cette décision de justice, le collectif des avocats de Ras Bath ont animé une conférence de presse pour dénoncer la décision mais aussi rassurer l’opinion nationale et internationale. En marge de cette conférence, Me Zana Koné nous a accordés une interview.
Le pays
Toute la jeunesse malienne est aujourd’hui sous le choc suite à la condamnation de Ras Bath à un an de prison, quelles sont vos impressions sur ce jugement ?
Maitre ZANA KONE
Je l’ai dit plusieurs fois et je le répète, c’est une décision qui a une forte odeur politique, mais nous l’accueillons avec flegme, car au fond c’est un épouvantail, une sorte de serpent en plastique qui n’effraie que de loin. Je pense qu’elle sert plus la communication politique qu’elle ne traduit l’esprit des lois de la cité.
A quoi faites-vous allusion en parlant de communication politique ?
Vous avez aujourd’hui dans ce pays une ferveur révolutionnaire qui s’empare progressivement de la jeunesse, et dans cet élan beaucoup de jeunes voient en Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath leur référence, une icône ; dès lors, condamner Ras Bath c’est atteindre, affaiblir tous ces jeunes psychologiquement. Je pense que c’est seulement à cela que sert cette décision en cette période de tentative de révision constitutionnelle, effrayer la jeunesse. Et quelque part, c’est aussi rappeler à tous les jeunes leaders qu’ils sont dans le viseur politico-judiciaire.
Pouvez-vous nous donnez l’assurance que Ras Bath ne sera pas arrêté dès son retour ?
Mon confrère Maliki Ibrahim et moi venons de nous étendre longuement sur cette question au cours de la conférence de presse, aussi bien en français qu’en bambara, car nous comprenons qu’elle est d’importance.
Notre client ne peut pas être arrêté sur la base de cette décision de justice qui est un épouvantail, une condamnation non assortie de mandat. Mais vous comprendrez que l’avocat que je suis, je ne peux parler que sur la base de la loi qui ne prévoit pas l’arbitraire de la politique. Je ne sais pas ce qu’ils trouveront de nouveau à lui reprocher demain.
Quel est votre dernier mot ?
Je dirai tout simplement qu’il y a mieux à faire aujourd’hui que de s’acharner contre un homme dont la seule arme est son verbe et ses idées cependant que nous perdons progressivement le nord de notre pays.
Boubacar Yalkoué

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here