Pèlerinage 2017 à la Mecque : Les premiers pèlerins maliens quittent Bamako le 06 Août

15

Débutées le lundi 24 juillet les journées de formation et de sensibilisation d’une semaine des pèlerins maliens, initiées par la Maison du Hadj ont pris fin samedi dans l’après midi au Centre Culturel Islamique. La cérémonie de clôture de ces journées était présidée par le ministre en charge des Affaires Religieuses et du Culte Amadou Thierno Hass Diallo en présence du Directeur Général de la Maison du Hadj, M.Hamza Maiga et du représentant de l’ambassadeur d’Arabie-Saoudite au Mali.
A cette occasion, le Directeur Général de la Maison du Hadj, dans son discours a indiqué que le nombre de pèlerins maliens de cette année est à l’ordre de 13 323, contre 9 000 pour l’année dernière soit plus de 47% d’augmentation, cela grâce aux efforts du Président de la République Ibrahim Boubacar Keita et de son ministre des Affaires Religieuses et du Culte Amadou Thierno Hass Diallo auprès des autorités saoudiennes.
Selon M. Hamza Maiga, la seconde innovation de cette année relève de la baisse du prix du hadj comparativement à l’année passée. Ainsi si pour celui de l’année passée le coût était de 2 625 000F, cette année il fut rabaissé à 2 364 235F. A ce niveau, il faut ajouter la prise en charge par le pèlerin lui-même des frais de son passeport et de l’achat de son mouton. Malgré ces charges le constat laisse apparaître une réduction de plus de 150 000F.
Pour le Directeur Général de la Maison du Hadj, la troisième innovation se situe au niveau de la répartition des quotas entre les agences. Durant les autres années ce rôle était dévolu au gouvernement, mais cette année sur instruction du ministre de tutelle, il a été laissé aux organisations des agences de voyage elles même en fonction des critères d’attributions. Ces agences sont regroupées en quatre associations qui ont eu à se partager la prise en charge de 11 000 pèlerins, tout en laissant le reste au gouvernement.
Toujours, dans le chapitre des innovations M. Maïga est revenu sur les mesures de promptitude dans le cadre du lancement de la campagne. Car si autrefois la campagne était ouverte à deux mois du pèlerinage, cette année avec la détermination des autorités publiques, elle s’est démarrée à cinq mois d’avance. Ce qui a permis au gouvernement de boucler son quota à temps.
Enfin, le Directeur Général de la Maison du Hadj soulignera que la dernière innovation de cette année concerne la durée de la formation des pèlerins. Cela en considération du fait que pendant les autres années la Maison du Hadj organisait des formations hebdomadaires d’un jour mais elle a été amenée cette année à deux jours, avec une formation générale d’une semaine qui s’est terminée le samedi 29 juillet. En outre, une autre formation est organisée à l’intention des régionaux, pour cette année ce sont les régions de Kayes, Sikasso, et Ségou qui ont été retenues.
En ce qui concerne le départ des fidèles, il dira que les premiers vols quitteront Bamako du 06 au 09 août, d’où deux vols par jour (matin et soir). Le retour est prévu pour le 06 septembre et se déroulera avec le même plan que celui du départ. Au Directeur Général de la Maison du Hadj d’ajouter qu’en ce qui concerne les organisateurs, ils prendront leur vol après l’arrivée de tous les pèlerins à destination.
Quant au ministre en des Affaires Religieuses et du Culte, il dira que sa présence à ce lieu est de rappeler l’importance d’une formation pour préparer le pèlerinage et aussi de remercier les apprenants, les formateurs et toutes les parties impliquées.
Le ministre Diallo a profité de cette occasion pour demander aux pèlerins d’être à la disposition des hommes et femmes de foi, qui acceptent, qui subissent pendant ce périple afin d’avoir la meilleure des rétributions. « Purifiés qu’ils vont l’être de faire la bénédiction pour le Mali et d’en tirer leçon de cette population mosaïque qu’ils vont voir à la Mecque, pour savoir que l’islam est une chance » a-t-il affirmé. Et d’ajouter que quand les hommes des pays, des continents différents se retrouvent au tour d’un seul idéal, mais pourquoi pas ceux d’une seule nation ? C’est pourquoi il les a invités à retourner imbus de tous ces enseignements afin de les diffuser, de les partager, d’être des points focaux de ce qu’ils ont vu qui est la beauté de l’islam.
Par Jean Joseph Konaté

Source : aBamako

aBamako