Littérature : et si on relisait… « Le Devoir de violence » de Yambo Ouologuem ?

18

En juillet et en août, Jeune Afrique revient sur des œuvres majeures qui font toujours parler d’elles, inspirant le présent. Cette semaine, c'est au tour du « Devoir de violence » de Yambo Ouologuem.

Nous sommes en 1968. Sous une couverture dépouillée, les éditions parisiennes du Seuil annoncent un roman : Le Devoir de violence. Il s’agit de l’histoire fictive de la dynastie des Saïfs, qui, pendant des siècles, bâtissent un empire largement fondé sur l’esclavagisme et ses corollaires, corruption et abaissement moral, violences de toutes sortes… Les Saïfs, oscillant entre monothéisme et paganisme, ouvrent les portes de leur empire aux traites occidentales et arabes. L’action se poursuit jusqu’à l’arrivée des colons français et leur entente avec un jeune gouverneur formé dans l’Hexagone.

L’auteur Alain Mabanckou replace le roman dans son contexte dans Le Sanglot de l’homme noir : « C’était […] la naissance de l’autocritique, […] une hardiesse au moment où tout écrivain africain était censé célébrer les civilisations africaines… » À une négritude qui tend à magnifier l’Afrique précoloniale, Yambo Ouologuem répond avec une histoire violente et un regard critique.

Lire la suite sur : http://www.jeuneafrique.com/mag/463854/culture/litterature-et-si-on-reli...


Source : Africatime

Africatime