Régulation de l’audiovisuel La Hac lance la 2ème phase des appels à candidatures des radios privées et diffuseurs

34

La Haute autorité de la communication (Hac) a procédé, le jeudi 4 août, à la Maison de la presse, au lancement de la 2ème phase du processus d’appels à candidatures des radios privées et diffuseurs. La cérémonie de lancement était présidée par Gaoussou Drabo, président de la commission Appels à candidatures de la Hac, en présence d’Amadou Djim, rapporteur.

Le lancement de cette 2ème phase du processus d’appel à candidatures des radios privées et diffuseurs s’inscrit dans la continuité du processus d’appels à candidatures portant sur l’établissement et l’exploitation de nouveaux services privés de communication. Ce processus, lancé le 13 juin dernier, concernait notamment les radios privées commerciales et non commerciales ainsi que les entreprises de réseau de diffusion, appelées diffuseurs ou opérateurs de multiplex.

Pour ces radios, toutes typologies confondues, 57 fréquences ont été mises en jeu sur toute l’étendue du territoire national. Ces fréquences se repartissent entre plusieurs régions. Il s’agit de Kayes (14 dossiers), Koulikoro (19), Sikasso (18), Ségou (18), Mopti (3), Tombouctou (5), Gao (3), Taoudéni (un) et District de Bamako (32).

Le président de la commission Appels à candidatures de la Hac, Gaoussou Drabo, a précisé que conformément aux dispositions de l’actuel cadre législatif et réglementaire, les diffuseurs doivent assurer la diffusion et le multiplexage des programmes des télévisions privées par voie hertzienne terrestre. Pour ces entreprises, dit-il, la Hac a mis en jeu trois autorisations et quatre dossiers ont été déposés.

Aux dires de M. Drabo, dès lundi 7 août, la Hac entamera le processus d’instruction des dossiers. Pour ce faire, il dira que l’organe de régulation s’adjoindra le concours d’expertises extérieures, comme le prévoit son règlement intérieur. Gaoussou Drabo a ajouté que l’apport de celles-ci constitue une garantie supplémentaire pour que l’instruction des dossiers se fasse de manière méticuleuse et objective. Il a souligné que les spécialistes de la question ont été en effet choisis pour leur compétence avérée et pour leur totale neutralité par rapport aux différents acteurs de l’audiovisuel malien. Par ailleurs, Gaoussou Drabo a indiqué que les experts ne disposent pas de voix délibérative et se limitent à communiquer leurs appréciations à la Hac. La décision finale est prise par le collège de la Haute autorité de la communication à l’issue de ses délibérations.

M. Drabo a en outre salué le comportement exemplaire des candidats, qui ont tous déployé des efforts méritoires pour se plier à une procédure inédite, la première du genre. «Cette attitude positive atteste de la volonté de se conformer aux règles désormais en vigueur et augure bien de l’évolution des services privés maliens de communication», a-t-il conclu.

Diango COULIBALY
****

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here