Les Banques en grève vers la fin de ce mois

15

L’information a été donnée par Hamadoun Bah, secrétaire administratif du Syndicat National des Banques et Etablissements Financiers (SYNABEF) lors d’une conférence de presse. C’était le mercredi 09 août 2017 au Conseil National du Patronat du Mali. L’objectif de la conférence était d’informer l’opinion nationale voire internationale que, d’ici le 22 août si la situation de leur confrère Issiaka Traoré limogé par la Nouvelle Société Interafricaine d’Assurance (NSIA) n’est pas régularisée, le SYNABEF observera une grève de 72 heures. Cette grève débutera du 22 août à minuit et s’achèvera le 24 août 2017 à minuit. Si avec la grève de 72 heures, la situation n’est pas améliorée, dira Hamadou Bah, s’en suivra directement une grève illimitée.

Il faut rappeler qu’en 2014, l’Etat avait fait une réduction de taux imposable sur le salaire assortie d’un délai de se conformer pour bénéficier de tous les avantages. Selon la décision, la réduction devrait commencer en 2013 et pour en bénéficier, toutes les entreprises devraient régulariser la situation de ses employés fin 2016. Vu le retard pris la NSIA sur la situation, Issiaka Traoré, employé et non moins secrétaire général du comité syndical de la NSIA a fait un message par e-mail en demandant à Mme Bosso, directrice adjointe de l’entreprise de régulariser leur situation de l’Impôt sur Traitements et Salaires.

C’est cette fameuse note d’e-mail qui lui a coûté son emploi depuis le 18 juillet dernier. Ce licenciement a été qualifié d’abusif par tous les sympathisants et membres du bureau du SYNABEF. Ils ont usé de tous les voies et moyens pour que la direction de NSIA revienne sur sa décision, en vain. C’est pourquoi, le SYNABEF a déposé un préavis de grève le lundi 7 août 2017, pour changer leur manière de lutte et faire comprendre à la Direction de NSIA que force restera toujours à la loi.

Ainsi dans le préavis, le SYNABEF demande : la levée de toute entrave à l’exécution du contrat de travail du Segal Issiaka Traoré, victime de violences morales et de pires abus de la part du directeur général, Constant Djeket et de son adjointe de la NSIA; l’application stricte de l’article L 277 du code de travail malien opportunément invoqué par la Direction Régionale du Travail du district de Bamako dans son courrier du 4 août 2017 ; le constat formel de l’annulation de toutes les décisions et/ou notes de service de NSIA enfreignant le droit positif malien en général et l’article L 277 en particulier ; la révocation sans délai du directeur général et de son adjointe de NSIA pour irrespect délibéré et flagrant des lois maliennes.

Faute d’obtenir satisfaction des doléances ci-dessus, le SNABEF décide d’observer une grève de 72 h sur toute l’étendue du territoire. Pour terminer, le conférencier a qualifié les deux directeurs de la NSIA de corrupteurs. Parce qu’explique M. Bah, ils ont tenté de corrompre tous les membres du comité syndical de la structure en les proposant une forte somme d’argent s’ils décident de quitter définitivement l’entreprise.

Source : aBamako

aBamako