Enjeux de la communication de défense au Mali : Les journalistes outillés

36

Les rideaux sont tombés le samedi 12 août dernier sur l’atelier de sensibilisation et d’information des médias sur les enjeux de la communication de défense au Mali. C’était dans la salle de conférences du Centre Gabriel Cissé à Ségou. La cérémonie de clôture était présidée par le Général de brigade Salif Koné, secrétaire général du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants. Il avait à ses côtés, Manga Dembélé, ancien ministre de la Communication et consultant.
Office central de lutte contre l'enrichissement illicite: COMMENT REMPLIR SA DÉCLARATION DE BIENS ?

Durant trois jours, les officiers supérieurs de la défense et les professionnels du secteur de l’information et de la communication ont échangé sur plusieurs thèmes, entre autres : «Communication de défense : défis, enjeux et contraintes opérationnels » ; «Loi d’orientation et de programmation militaire et opérations militaires: efforts consentis par l’Etat, les populations et les médias », «gestion de l’information militaire en temps de crise : esquisse d’éléments de langage» et «médias et construction citoyenne, relation Armée-Nation»,«rôle et responsabilité sociale du journaliste », « crise malienne : les médias, acteurs de paix ou d’insécurité ?» et «problématique de l’intégration au Mali ».
Au terme des travaux, des recommandations ont été formulées par les participants à l’intention des acteurs des médias et les responsables de la défense et de la sécurité. Ainsi, pour un meilleur accompagnement des forces armées dans leurs missions régaliennes, ils invitent les professionnels des médias à s’abstenir de diffuser des informations et images pouvant ternir l’image et porter préjudice à la morale des forces armées dans l’exercice de leur mission, de s’en tenir aux faits en faisant preuve de responsabilité, de patriotisme, de sensibiliser, éduquer et lutter contre la désinformation.
Selon les participants, le journaliste doit éviter la démoralisation des troupes, encourager la population à rester soudée derrière son armée. Mais également, prendre en compte des éléments de langage comme terroriste, bandits armés, narcotrafiquants, groupes armés signataires de l’accord, conflits agriculteurs-éleveurs, conflits entre ruraux au lieu des terminologies djihadistes, conflits entre peulhs et bambaras, rebelles, narcodjihadistes etc.
Aussi, ils demandent aux forces de défense et de sécurité de réaliser et de mettre à la disposition de toutes les rédactions, un lexique sur les terminologies de traitement de l’information liée à la défense et à la sécurité, de promouvoir en leur sein, une conduite exemplaire pouvant permettre à la population de garder d’elles une image positive. Mais également de faciliter l’accès à l’information aux médias, d’instaurer un climat de confiance entre les journalistes et les forces armées à travers des cadres d’échanges (points de presse, dossiers de presse, communiqué de presse, caravanes de presse, ateliers de formation, journées portes ouvertes, semaines artistiques-culturelles et sportives), d’encourager l’existence d’une rubrique sur les forces de défense, d’envisager des modules d’initiation aux médias dans les écoles de formation militaire, de mettre en place un réseau de journalistes de défense, de renforcer les capacités humaines et matérielles de la Direction de l’Information et des Relations Publiques des Armées(DIRPA), de prendre en compte les exigences de la profession du journaliste et de faciliter leur travail sur les théâtres d’opération.
Dans son allocution, le Général de brigade Salif Koné s’est dit confiant, après les 3 jours d’information et d’échangessur les enjeux de la communication de défense, que l’engagement et la détermination des hommes de médias porteront à renforcer les capacités opérationnelles des forces armées et de sécurité maliennes ainsi que leurs partenaires, tout en tenant compte de la nécessité de protéger et de soutenir les personnels engagés sur le théâtre des opérations, leurs familles et leurs relations avec la nation malienne.
«Nous comptons sur votre esprit citoyen pour qu’à partir de cet atelier, vos relations avec les structures militaires, d’information et de communication puissent être améliorées. Nous voudrions vous rassurer de notre totale disponibilité à accompagner les bonnes initiatives médiatiques permettant de renforcer les opérations militaires», a-t-il conclu.
Moussa Sékou Diaby

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here