Les Médias sur les enjeux de la Communication de Défense au Mali : Les journalistes au cœur de l’information de la Défense

53

Le ministère de la Défense et des Anciens Combattants, en collaboration avec la DIRPA, a organisé un atelier à l’intention des hommes de médias venus de toutes les régions du Mali sur les enjeux de la communication de Défense au Mali. C’était du 10 au 12 août 2017 à Ségou.
Selon le ministre de la Défense, l’objectif de cet atelier est de permettre aux hommes de médias d’éviter de livrer des informations mêmes si elles sont vraies pour ne pas contrarier le bon fonctionnement d’un segment du dispositif militaire destiné à préserver le territoire national, les personnes et leurs biens. Il a rappelé que face aux menaces adverses, les journalistes doivent assurer les populations et de contribuer au réarmement moral des troupes, à la promotion de la paix et de la sécurité. Le ministre a fait savoir que les valeurs que nous partageons, ne sont pas toujours intelligibles pour tous les citoyens. Selon lui, elles sont parfois mêmes mises en causes et deviennent sources de conflits dans nos sociétés en mutation. Il dira que faire connaître et respecter ces valeurs fondamentales est un préalable pour s’intégrer et vivre ensemble. Il a rappelé aux uns et aux autres les enjeux auxquels le pays doit faire face. Il s’agit du processus Désarmement, de Démobilisation et de Réinsertion. Selon lui, ceci est un vaste chantier qui va nécessiter de grands investissements humains et financiers. Pour ce faire, le ministre a fait appel à la contribution de tous les acteurs dans un esprit de confiance et d’engagement patriotique. Il a indiqué que les résultats économiques, socioculturels et politiques de ce processus seraient plus importants et plus rapides si notre pays arrivait à imprimer à la mise en œuvre de l’accord pour la Paix et la Réconciliation, issu du processus d’Alger, un rythme à hauteur de souhait. Le ministre a demandé aux hommes de médias qu’au delà de tous clivages, de se retrouver autour des valeurs républicaines et dans un esprit de cohésion nationale. Il dira que nous sommes collectivement engagés à relever le défi de la reconstruction de notre pays. « Unis dans l’action et pour l’action », a dit le ministre Tiénan Coulibaly. Il a signifié l’engagement et la détermination de l’Etat à mettre les Forces Armées et de Sécurité, en phase avec les exigences du temps et les impératifs politiques, économiques et sécuritaires du pays. Cette volonté politique, selon lui, ce traduit par des mutations au sein de nos forces armées et de Sécurité (équipement des corps et réarmement moral des troupes, réorganisation de la chaine de commandement, mise en condition et préparation opérationnelle des troupes, renforcement des effectifs, amélioration des conditions de vie et de travail des militaires et de leurs familles). Le ministre de la Défense a indiqué que ceci est un pari que nous devons réussir, c’est-à dire bâtir dans l’horizon le plus proche, l’armée de nos besoins. Il s’est réjouit de cette participation de qualité des médias qui pour lui, signifie que chacun sera capable de se dépasser et ensemble se mobiliser pour agir. Son homologue de la communication a remercié le département de la Défense. Selon ce dernier, il y a des zones d’ombres contraignantes. Il a souhaité que les hommes de médias soient en mesures de bien jouer leur rôle. Il a souhaité qu’au sortir de l’atelier que des recommandations fortes soient mises en œuvre. Pendant 4 jours, les thèmes débattus ont porté entre autres sur l’opm et opérations militaires : efforts consentis par l’Etat, les populations et les médias ; gestion de l’information militaire en temps de crise : esquisse d’éléments de langage ; problématique de l’intégration ; rôle et responsabilité sociale du journaliste ; crise Malienne : les médias, acteurs de paix ou d’insécurité.
A suivre…
Fakara Faïnké, envoyé spécial

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here