Décrispation du climat autour de la révision constitutionnelle : Chérif Ousmane Madani Haïdara menace de rejoindre le camp du « Non » si…

57

Pour convaincre la plateforme « An tè A Bana, Touche pas à ma constitution » à renoncer à sa marche citoyenne et populaire du 16 août dernier, les chefs coutumiers et les leaders religieux de Bamako ont promis d’obtenir officiellement d’IBK un sursis à son projet de révision constitutionnelle. Selon certains responsables de la plateforme, Cherif Ousmane Madane Haidara aurait pris l’engagement de rejoindre le camp du non si IBK revenait sur sa décision de sursoir.

Le climat tendu qui entourait la veille de l’ultimatum du camp opposé à la révision constitutionnelle s’est dissipé en raison de la médiation en cours piloté par la famille fondatrice de Bamako et certains leaders religieux.

Initialement prévu pour hier mercredi, la marche de la plateforme « An Tè A Bana, Touche pas à ma Constitution », a été finalement décalée au samedi prochain. Pour les responsables de la plateforme opposée à la révision constitutionnelle, la raison de ce report est toute simple. Il s’agit pour eux de donner une chance à la médiation entreprise par les légitimités coutumières et religieuses de Bamako. Cet éclairage a été donné hier par l’honorable Amadou Thiam et ses camarades lors d’une conférence de presse à la Maison de la presse.

Précisant donc le motif réel du report de la marche à l’expiration de leur ultimatum, l’honorable Thiam dira que c’était “pour prendre à témoin l’ensemble du peuple malien par rapports aux efforts fournis pour obtenir une issue dans le cadre du dialogue et de la médiation des chefs coutumiers de Bamako et des leaders religieux”.

Et Amara Sidibé, vice-président de la plateforme de révéler qu’au nom de l’équipe de médiation, “le guide des Ançars Ousmane Cherif Madane Haidara a menacé de rejoindre la plateforme si le président de la République était amené à revenir sur son engagement de sursoir à la révision”.

Pour les responsables de la plateforme, cette garantie donnée par les légitimités coutumières et religieuses était assez suffisante pour justifier le report de la marche.

Quelle que soit l’issue de la médiation, la plateforme s’est dite être déterminée à maintenir sa marche du samedi sur le même itinéraire malgré les réserves du gouverneur. Et l’honorable Thiam dira espérer que ce délai permettra d’obtenir du Président de la République l’abandon du projet de révision constitutionnelle et une adresse solennelle à la nation dans ce sens.

Oumar B. Sidibé


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here