PURD-RN : Pour un développement équilibré

6
En vue de lutter contre les disparités de développement des régions du Mali, le gouvernement sous le leadership du président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, a initié un Programme dénommé: «Programme de développement d’urgence pour les Régions du Nord (PURD-RN)» pour un montant global de 100 milliards FCFA. Après l’exécution de la première et deuxième phase, la troisième phase est en cours de réalisation. Lancé en 2013, le financement dudit programme est entièrement amputé au budget national. Pour permettre un développement accéléré des Régions du Nord après la crise sécuritaire, le gouvernement malien a mis en place un programme de développement d’urgence pour les Régions du Nord notamment, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal, Ménaka et Taoudénit. Il s’agit pour l’Etat, d’accélérer le développement de ces régions, sévèrement affectées par la crise sécuritaire qui sévit. 100 milliards FCFA Placé sous l’autorité du ministère en charge de la Solidarité et de l’Action humanitaire, le PURD-RN est entièrement financé par le budget national à hauteur de 100 milliards FCFA dont les deux premières phases sont déjà exécutées à hauteur de 33,852 milliards et la troisième en cours d’exécution( au titre de 2017) d’environ 7,7 milliards FCFA. Le taux d’exécution du PURD-RN a atteint un peu plus de 40%. Entièrement confiée aux entreprises locales, la réalisation des travaux de constructions, rénovations et réhabilitation a été exécutée à hauteur des souhaits, selon les constats de la mission de suivi et d’évaluation du programme placé sous l’autorité du Ministre, M. Hamadoun Konaté. Dans toutes les régions concernées, les bâtiments administratifs et logements, des services locaux, les Directions régionales et logements de Directeurs régionaux, des CSREF, ont été réhabilités et équipés. Pour continuer la mise en œuvre de ce programme d’urgence de développement des Régions du Nord, le démarrage de la troisième phase au cours de l’année 2017 a permis d’accentuer les efforts sur les acquis et de réaliser des infrastructures dans les localités où il y avait des besoins, conformément à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale. Hisser les nouvelles Régions au même niveau que les autres Hamadoun Konaté, ministre de la Solidarité et de l’Action humanitaire, lors de sa rencontre avec la Commission nationale de suivie du PURD-RN, avait souligné que le Gouvernement du Mali mettra tout en œuvre pour hisser les nouvelles Régions (Taoudéni et Ménaka) créées et reconnues au même niveau que les autres Régions du Mali, tant au plan de la présence effective de l’Administration qu’à celui de la mise à disposition des services sociaux de base. Le budget alloué à la troisième phase a réservé une part importante aux Régions de Ménaka et Taoudénit dans le but de créer les meilleures conditions de travail afin de les rendre plus opérationnelles. 28 véhicules et 338 motos pour Ménaka et Taoudenit En mai dernier, pour permettre le fonctionnement effectif de l’administration dans les Régions de Gao et Ménaka, le Gouvernement du Mali a offert 28 véhicules et 338 motos pour un montant estimé à 1 milliard 400 millions FCFA. Ce don du Gouvernement aux Régions Gao et Ménaka comprenait 23 pick-up double cabine et 327 motos pour le gouvernorat de Gao et 3 véhicules pick-up double cabine, 2 véhicules V8, 7 motos DT et 4 motos tricycles pour la neuvième Région administrative du Mali. Courant mars 2017, dans le cadre du programme de développement d’urgence des Régions du Nord, le Ministre de la Solidarité et de l’Action humanitaire a présidé à son département une cérémonie de remise officielle de 19 véhicules de marque Toyota composés de 18 Pick-up double cabine et d’une station wagon V8 pour la Région de Tombouctou pour un coût total de 453,7 millions CFA, entièrement financé par le budget national. Des vivres pour les refugiés Pour soutenir le retour des refugiés maliens, une délégation du Ministère de la Solidarité et de l’Action Humanitaire a séjourné, du 2 au 5 mai dernier à Tombouctou pour accueillir les plus de 100 ménages(en son temps) qui ont regagné le bercail. A leur arrivée, de la part du gouvernement malien, ces ménages ont reçu des aides dont 20 tonnes de mil, 20 tonnes de riz, 10 sacs de sucre et 20 bidons (de 20 litres) d’huile, 100 couvertures, 400 moustiquaires, 5 colis de nattes et 5 colis de kits scolaires ont été, aussi, mis à leur disposition. La valeur de cet appui est estimée à 14 millions FCFA, selon Mohamed Ould Alwata, Chef de village de Teherdjé et non moins chargé du retour des réfugiés du camp de M’Berra. Signalons que seulement pour la Région de Tombouctou, près de 300 tonnes d’aides alimentaires ont été distribuées aux rapatriés et déplacés internes, repartis sur 14 sites d’accueil. Ces actions de développement et humanitaires menées par le Gouvernement malien démontrent à suffisance qu’il n’a pas misé sur les moyens pour soulager les populations. Mieux, elles participent activement de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger. Rappelons que la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, signé en mai et parachevé en juin 2015 à Bamako, constitue une des priorités du gouvernement malien. Manifestement, l’organisation de la conférence d’entente nationale avec toutes les sensibilités du pays, du 27 mars au 2 avril 2017 à Bamako, suivie de l’élaboration de la charte pour la paix au Mali, illustrent éloquemment la détermination du président de la République et de son gouvernement pour asseoir une paix durable au Mali. Deux gigantesques projets sociaux En quatre ans de gestion, Ibrabrim Boubacar Keita, laisse derrière lui, deux gigantesques projets sociaux qui ont fait tache d’huile. Il s’agit du Programme de développement d’urgence des régions du Nord (décrit ci-dessus) et le programme d’urgence sociale du président de la République, touchant tous les secteurs de développement, à travers le pays. Ce second a notamment concerné la réalisation ou la réhabilitation rapide des installations hydrauliques à (Gossi, Ansongo, Kolondieba, Bamako, Kidal…). Dans la même dynamique, au niveau de l’éducation, il y a eu l’organisation des cours de rattrapage, la dotation des cantines scolaires, la distribution des matériels didactiques pour permettre aux enfants de recevoir l’enseignement dans de meilleures conditions. Ousmane MORBA Source : aBamako aBamako