Affrontement entre le GATIA et la CMA à Ménaka : La partialité de la France ne fait plus aucun doute.

2134
La France, le pays colonisateur du Mali est reconnu pour ses jeux troubles en Afrique singulièrement Francophone, pour préserver son influence et ses intérêts dans ces anciennes colonies. L’affrontement entre le GATIA pro-gouvernemental et la CMA pro-français a levé le voile sur le dessein inavoué de la France. Le complot contre le Mali a été avéré au cours de ce énième affrontement. La force Barkhane est l’ennemi numéro 1 du Mali. Elle se déguise tantôt en Jihadiste, tantôt en MINUSMA, tantôt en CMA selon le sens de ses intérêts. Toujours en perpétuel complot contre l’Etat souverain du Mali. Egalement sur le plan sécuritaire la gouvernance d’IBK n’a pas permis l’amener une paix minime soit-elle ! Un pays existe lorsqu’il est administré par une autorité, on parle d’autorité lorsqu’elle est exercée sur une population donnée. Force est de reconnaitre que cette autorité ne s’exerce plus sur le septentrion malien depuis plus de 4 ans. Le déploiement des FAMAS sur toute l’étendue du territoire Nationale n’est guère une priorité. La sécurisation des régions de Ménaka, Kidal, Gao, Tombouctou et Taoudéni est confiée aux forces étrangères engagées au Mali et non le Boulot de l’Armée Nationale. Quelle irresponsabilité devant l’histoire ? Ce manque de vision du Président de la République et son gouvernement ne fait plus aucun doute. Le Malien lambda s’interroge s’ils travaillent pour le Mali ou pour la France ? Sinon pourquoi vouloir imposer à son peuple une révision constitutionnelle en période de crise ? Tant qu’il n’y pas une vision claire partagée par l’ensemble des acteurs politiques au Mali, le pays sera dirigé toujours par une force obscure anti-terroriste (Barkhane) ou soit disait maintien de paix (Minusma). Le soutien des forces françaises et la Minusma à la CMA au détriment de la Plateforme et les FAMAS est désormais évidente. Comment se fait-il que la force Barkhane et la Minusma procèdent aux désarmements fréquents du GATIA et au cantonnement des FAMAS pendant que toutes les occasions sont offertes à la CMA pour mieux s’armer ? Les derniers événements à Ménaka prouvent à suffisance la volonté manifeste de la Barkhane et la Minusma à participer activement au processus d’occupation et de partition du Mali. Les autorités doivent demander le départ pur et simple des forces étrangères du Mal. Pour éviter le cas du RD Congo où la MONISCO après dix ans de présence n’a jamais ramené la paix dans ce vaste et riche pays de l’Afrique Centrale. L’avenir nous édifiera. Dans ces conditions, même l’initiative du G5 Sahel ne résoudra pas nos problèmes d’insécurité tant que la France est mêlée dans ce processus. Un peuple qui a colonisé un autre ne deviendra jamais le sauveur de celui-ci. La Rédaction Source : aBamako aBamako
  • ndiayeilel

    IBK ne pas un patriote il été élu pour protéger les de la France et ceux du il faut que la population malienne sort pour une révolution contre le gouvernement du Mali et de la France la seule solution qui reste pour sauver notre pays