Élection présidentielle de 2018 : Aliou Boubacar Diallo n’incarne-t-il pas les valeurs d’une alternative heureuse pour le Mali ?

41
La classe politique est très désavouée par le peuple malien. Cela pour avoir fait des promesses non tenues et conduit le pays dans une impasse totale. Les Maliens ne font plus confiance aux leaders politiques actuels du pays. Car, pour eux, ce sont les poumons d’un même corps. Et ne cherchent que leurs propres intérêts au détriment de celui collectif. D’où la nécessité de tester de nouveaux hommes et de nouvelles femmes devant conduire le bateau Mali en vue de promouvoir la bonne gouvernance et le développement du Mali. Le milliardaire Aliou Boubacar Diallo a non seulement le bon profil, mais il incarne par ailleurs les valeurs d’une alternative heureuse pour le peuple malien. Aliou Boubacar Diallo, un entrepreneur exemplaire Né le 18 novembre 1959 à Kayes au Mali, Aliou Boubacar Diallo est surtout connu comme étant le PDG de Wassoul’Or SA, première mine d’or industrielle au Mali à capitaux majoritairement nationaux. Il est également Président-fondateur et actionnaire majoritaire de «Petroma Inc.», société spécialisée dans la recherche du pétrole et du gaz au Mali. Il est en outre engagé dans la recherche minière en Côte d’Ivoire via sa société SODINAF SA-CI «Société pour le développement des investissements en Afrique- Côte d’Ivoire». Self-made-man, entrepreneur courageux et opiniâtre, Aliou Boubacar Diallo est un homme de convictions qui, depuis plus de 20 ans, a énormément contribué au développement du secteur privé malien, en créant plusieurs milliers d’emplois et en s’investissant dans la réduction de la pauvreté. Cela malgré un environnement hostile et un contexte de crise économique sans précédent. Par son esprit d’initiative, il a été pionnier dans plusieurs secteurs clés de l’économie malienne. Aliou Boubacar Diallo est la première personne au monde à avoir utilisé l’hydrogène naturel pour produire de l’électricité sans émission de CO2. L’unité pilote de production d’électricité, située à Bourakebougou (Mali), est aujourd’hui alimentée à l’hydrogène naturel. Aliou Boubacar Diallo : un Homme politique Il a lancé le 17 mai 2012, à travers les réseaux sociaux et les médias maliens, un appel pour la paix au Mali dans lequel il a proposé des solutions novatrices, en invitant par ailleurs les protagonistes de la crise à se réunir autour d’une table. Faisant suite à cet appel pour la paix, en janvier 2013, il lance un parti politique dénommé Alliance Démocratique pour la Paix (ADP-Maliba) en vue d’inciter ses compatriotes, surtout les jeunes, à plus d’implication dans la Vie de la Nation. Ce parti concourt aux élections législatives de novembre 2013, et a aujourd’hui un groupe parlementaire fort de 14 députés avec ses 2 alliés parmi lesquels figurent les neuf (9) députés de l’ADP-Maliba. Lors du Congrès de février 2015, Aliou Boubacar Diallo fait le choix surprenant de ne pas se représenter à la tête du Parti et de soutenir le plus jeune élu de l’Assemblée nationale, le Député de la Commune 5, Amadou Thiam. Ce dernier accède à la tête de l’ADP-Maliba, à 30 ans, consacrant ainsi l’objectif du fondateur : promouvoir l’émergence d’une classe politique jeune, éthique et responsable. À ce jour, Aliou Boubacar Diallo est Président d’Honneur de l’ADP-Maliba. Aux dernières élections communales, le Parti de l’Homme d’affaires malien a fait élire 220 Conseillers parmi lesquels figurent huit (8) maires. Aliou Boubacar Diallo : un entrepreneur Après des études primaires et secondaires au Mali, Aliou Boubacar Diallo obtient une maîtrise en économie et gestion financière à l’Université de Picardie en France. Après l’obtention de sa maîtrise, il décide de rentrer au pays. Sur place, il crée une première société d’édition et de distribution de films tous supports (salle et vidéo). Il crée également une société de négoce import-export qui était spécialisée dans le rachat de la dette malienne. Ce qui lui a permis de faire un abandon de créances en faveur de l’Etat du Mali de plus de 500 000 000 FCFA. Alors commença un long parcours d’investissements dans les secteurs minier et productif au Mali, à travers la société SODINAF SA (Société pour le développement des investissements en Afrique). Wassoul’Or SA Wassoul’Or SA est le fleuron des investissements de Monsieur Aliou Boubacar Diallo. Cette société minière à capitaux essentiellement nationaux possède le permis d’exploitation de 100 Km² dans la localité de Faboula, dans la région de Sikasso au Mali (ndlr : sud du Mali). Après plusieurs années de recherche et d’exploration dans cette région historiquement aurifère, Aliou Boubacar Diallo avait enfin pu inaugurer la mine de Wassoul’Or en février 2012, devenant ainsi le premier Malien actionnaire majoritaire d’une mine d’or industrielle au Mali. Malheureusement, en mars de la même année, des évènements politico-sécuritaires vont plonger le pays dans une crise sans précédent qui conduira à l’arrêt prématuré de la production de la mine. Malgré les sérieuses difficultés auxquelles Wassoul’Or SA sera confronté de 2012 à 2016, le PDG malien de cette mine d’or continuera à lever des fonds afin d’apurer le passif exigible de la Société et procéder à son redémarrage. C’est ainsi que 50 millions d’euros seront investis dans l’apurement du passif et le redémarrage de la mine. Dès le premier trimestre 2017, la mine d’or parvient à reprendre la production après près de 150.000 mètres de sondage sur le gisement de Kodièran et le redémarrage de l’usine de production. Les levés d’or de Wassoul’Or SA ont débuté au mois d’avril 2017, sous le contrôle des autorités maliennes compétentes. Pour réaliser ce projet, ce sont l’opiniâtreté de Monsieur Aliou Boubacar Diallo et sa volonté d’être un précurseur dans l’ouverture du secteur minier malien à l’investissement des nationaux qui ont permis de sauver Wassoul’Or. Aujourd’hui, cette Société emploie plus de 600 personnes, prévoit l’extension de l’exploitation à de nouveaux sites et contribue très fortement au développement local grâce à la création d’un cadre d’échange avec les communautés riveraines de la mine. Plus d’un milliard de FCFA, soit 1,5 million d’euros, a été investi dans la construction et l’aménagement d’infrastructures routières, scolaires et sanitaires ainsi que dans la distribution de denrées alimentaires aux populations les plus nécessiteuses. Petroma Inc. Aliou Boubacar Diallo est le fondateur et président de Petroma Inc., une société canadienne spécialisée dans la recherche du pétrole et du gaz au Mali. Suite à l’attribution de deux blocs pétroliers près de Bamako par le gouvernement de la République du Mali en 2007, d’importants travaux de recherche et d’exploration ont été entrepris. Ces travaux ont permis de confirmer la découverte du gaz composé d’hydrogène et de méthane, avec de fortes potentialités d’hydrocarbures liquides, à moins de 60 Km de Bamako. Soucieux des retombées immédiates de tous ces projets sur la population malienne, Aliou Boubacar Diallo a concentré ses efforts sur l’utilisation immédiate de ce gaz sur place. Des essais de production d’électricité ont débuté avec grand succès, sans émission de CO2, concrétisant ainsi les bonnes volontés affichées des COPP 21 et COPP 22 sur le climat. Pour la première fois au monde, l’hydrogène naturel a été utilisé pour produire de l’électricité à moindre coût par Aliou Boubacar Diallo au Mali. Sociétés «Transports LFD» et «Comptoirs LFD» En 2016, soucieux de diversifier ses investissements dans la sous-région, Aliou Boubacar Diallo crée les Sociétés «Transports LFD» et «Comptoirs LFD». «Transports LFD» est spécialisée dans la logistique et le transport. Disposant d’un parc d’engins lourds et semi-légers évalué à plusieurs dizaines de millions d’euros, cette société est installée à Bamako au Mali. Pour sa part, «Comptoirs LFD» fait le négoce de produits de première nécessité dans la sous-région. Ces sociétés ambitionnent d’être des acteurs majeurs dans l’espace UEMOA. Aliou Boubacar Diallo s’investit pour la paix au Mali Le 17 mai 2012, Aliou Boubacar Diallo lance un appel pour la paix au Mali en s’adressant aux groupes armés du nord, aux membres du gouvernement malien de transition ainsi qu’aux militaires maliens, à travers les réseaux sociaux et les médias maliens. Dans ce contexte de crise, Aliou Boubacar Diallo propose des solutions économiques notamment un partage équitable des parts des exploitations minières entre l’ensemble des régions du Mali en invitant les protagonistes à se réunir autour d’une table. Cette initiative a été appuyée par la population malienne et la diaspora grâce à la signature d’une pétition de soutien. Aliou Boubacar Diallo s’engage dans l’humanitaire à travers la Fondation Maliba Depuis les années 1990, Aliou Boubacar Diallo mène des actions caritatives et de développement en faveur de ses compatriotes. C’est à l’orée de la crise politico-sécuritaire de 2012, qu’il décide de formaliser ses appuis en lançant sa Fondation dénommée «Maliba». À travers ce canal formel, Aliou Boubacar Diallo a investi plusieurs centaines de millions de Francs CFA pour venir en aide à ses compatriotes. Après la barbare tuerie d’Aguelhok en janvier 2012, il est notamment venu en aide aux veuves et aux orphelins des soldats morts au combat. Il a également participé aux soins des militaires maliens blessés et rapatriés au sud à travers des dons de médicaments aux différents hôpitaux et centres de santé concernés. De la même manière, lorsque les terroristes ont envahi les régions du Nord et procédé à la destruction des mausolées de Tombouctou, Aliou Boubacar Diallo a agi à travers sa fondation en faisant don de vivres aux déplacés originaires du Nord, dans le respect de la symbolique des 333 Saints de Tombouctou. Il a également fait parvenir des aides diverses aux populations du nord à travers le Collectif des Ressortissants du Nord (COREN). La Fondation Maliba agit par ailleurs dans les secteurs de l’éducation et de la santé ainsi que de l’accès à l’eau et à l’électricité. C’est ainsi que plusieurs projets de promotion de l’excellence scolaire et de réhabilitation de salles de classe ont été financés par la Fondation Maliba. Le dernier projet date de mars 2017 où, dans la région très enclavée de Ménaka, Aliou Boubacar Diallo a réhabilité la seule école accessible aux enfants et fourni du matériel scolaire aux élèves. André TRAORE Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here