Insertion socioprofessionnelle : Une ligne de crédit accordée aux jeunes arabophones

7
Le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, à travers l’Agence pour la promotion de l’emploi (Apej), vient de lancer une ligne de crédit au profit des jeunes promoteurs arabophones. Elle devra contribuer à leur insertion socioprofessionnelle. Après de longues années d’échanges et de dialogue social entre le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle et l’Union des jeunes musulmans du Mali (UJMMA), une ligne de crédit, dont le montant total à terme est de 100 millions de F CFA, a été lancée mardi. La cérémonie, présidée par le chef du département de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Maouloud Ben Kattra, a eu lieu au gouvernorat du district de Bamako, en présence de ses collègues de la Jeunesse et de la Construction citoyenne et des Affaires religieuses et du Culte. Dans un premier temps, l’Apej a mis en place auprès de l’institution de micro-finance “Nyogodèmè Soba”, la première tranche de cette ligne de crédit qui s’élève 50 millions de F CFA. Il servira à financer des projets des jeunes arabophones âgés de 21 à 40 ans, parrainés par l’UJMMA. L’objectif de ce projet, selon le ministre Maouloud Ben Kattra, est de réaliser une meilleure insertion socioprofessionnelle et économique des jeunes arabophones diplômés et non diplômés. Il a invité les bénéficiaires à un remboursement correct des échéances convenues afin que d’autres jeunes puissent bénéficier de la même faveur. “Vous devez consacrer entièrement votre temps et vos capacités au succès de cette opération, à travers un remboursement correct de échéances convenues, pour permettre à d’autres jeunes Maliens de bénéficier de prêts à leur tour”, leur a-t-il conseillé. La président du réseau “Nyogodèmè Soba”, Mme Dicko Aïssata Diallo, a assuré l’Apej que toutes les dispositions sont prises pour le succès de ce projet. Le porte-parole des bénéficiaires, Aly Coulibaly, a remercié les autorités pour cette initiative à l’endroit des jeunes arabophones qui ont longtemps été laissés pour compte. Il a promis en leur nom de ne pas décevoir les autorités et les partenaires techniques et financiers. L’occasion a été saisie par le président de l’UJMMA, Mohamed Macki Bah, de saluer le soutien de tous les leaders religieux afin que ce projet puisse voir le jour. Il a rappelé qu’il prend en compte tous les jeunes arabophones et non les seuls membres de l’UJMMA. Youssouf Coulibaly Source : aBamako aBamako