Cessation des hostilités : La CMA et la plateforme prorogent leur trêve

20
Le mercredi, 06 septembre 2017, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme des mouvements du 14 juin 2014 d’Alger ont décidé mercredi de poursuivre leur trêve pour une durée de 30 jours renouvelables à compter du 6 septembre 2017. Les deux parties ont, dans un communiqué, justifié cette importante décision par « la nécessité de poursuivre les discussions en cours en vue de parvenir aux objectifs fixés par l’accord de trêve du 23 août 2017 ». « Cette décision est communiquée aux témoins dudit accord, notamment la Communauté internationale, le chef de file de la Médiation internationale ainsi qu’au gouvernement du Mali, et fait foi de notre engagement commun à tout mettre en oeuvre pour créer un climat propice à la mise en oeuvre intégrale de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger », précise le communiqué. C’est le 23 août dernier que la CMA et la Plateforme avaient signé la première trêve qui a pris fin mercredi dernier. Avec la signature du document, les deux parties s’étaient engagées à respecter une trêve pendant la durée des concertations n’excédant pas 15 jours renouvelables d’accord parties, en vue de parvenir à un accord de cessation d’hostilités global et définitif. Elles s’étaient aussi engagées à s’abstenir de toute action de provocation de nature à nuire à cette trêve, y compris la propagande et les déplacements des troupes et des combattants sans concertation préalable avec la MINUSMA. Enfin, elles s’étaient engagées à parachever les travaux en cours avec le gouvernement du Mali en vue de l’adoption d’un chronogramme actualisé de mise en œuvre de l’Accord de paix. Il faut reconnaître que les deux parties ont respecté leurs engagements pendant la première période de la trêve car aucun affrontement, aucune provocation de part et d’autre n’a été observée sur le terrain. Cependant, la situation sécuritaire reste toujours préoccupante au nord du Mali, du fait des attaques menées par les terroristes et d’autres organisations criminelles. Pas plus tard que le mardi dernier, vers 14 heures, un véhicule faisant partie d’un convoi logistique de la MINUSMA a heurté une mine ou un engin explosif à environ 15 km de Aguelhok (Région de Kidal) alors qu’il se rendait à Tessalit. L’explosion a entraîné la mort de deux Casques bleus. Deux autres, grièvement blessés, ont immédiatement été évacués par la MINUSMA pour recevoir des soins médicaux appropriés. Quand on sait que ces criminels sont déterminés à saboter toute action de paix au nord et dans le reste du Mali, il y a donc urgence à redéployer la Force conjointe du G5 Sahel dans le septentrion malien considéré comme le terreau du terrorisme dans la bande sahélo-saharienne. Madiba KEITA Source : aBamako aBamako

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here