Alternance en 2018: Les hallucinations d’un Rasta

73
Focalisé depuis peu sur une alternance en 2018 qu’il a sur les lèvres, le jeune populiste Ras Bath continue son cirque auprès d’une jeunesse dont l’avenir semble encore confisqué. Désavoué par ses pairs de la plateforme où il a activement mené le combat ayant abouti au sursis au référendum constitutionnel, Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath est vite tombé en disgrâce. Le Rasta est plus que jamais en panne de popularité que l’on lui connaissait au moment où ses ambitions démesurées se sont dévoilées. Celle de réaliser l’alternance politique en 2018. Pour expliquer les raisons de son départ de la Plateforme ‘’Antè Abana’’ et lancer les activités de sensibilisation de son mouvement, Ras Bath a animé une conférence de presse au Carrefour des jeunes, le mercredi 6 septembre 2017. Curieusement, Ras Bath n’a pu réunir que quelques jeunes dont des commerçants ambulants. Ceux qui prenaient causes et effet pour lui se sont désolidarisés du mouvement, désormais en lambeaux. Selon eux, le prétendu Rasta nourrit lui-même une ambition politique qu’il n’a pas le courage d’avouer. Mieux, «le CDR n’est pas un parti politique et ne dispose aucune base électorale pour prétendre à une alternance », ironise un jeune malien de la diaspora se réclamant pour le CDR version 2 opposé à Ras Bath. De Paris à Bamako, Rasta a perdu son aura auprès des siens. Le président du CDS, Blaise Sangaré, s’était même interrogé sur le financement des activités et des tournées européennes de Ras Bath. A moins que le Mali soit pris pour une République bananière, une quelconque alternance ne peut s’opérer sans les partis et organismes sociopolitiques. ALTERNANCE 2018 hallucinations Rasta D.C.A. Source : aBamako aBamako
  • doumar907

    j’encourage le jeune rastas. Qu’il continue sa lutte sans complaisance. Bon vent à toi M. Bathily.