Paix et réconciliation au Mali : FPA et MPSA créent la coordination des mouvements de l’entente

93
Une nouvelle coordination dans l'architecture de la mise en œuvre de l'accord pour la paix signé par le gouvernement de la République du Mali, la CMA et la plateforme, avec la facilitation de la médiation internationale élargie, sous l’égide de l’Algérie. La Coordination des Mouvements de l'Entente (CME) est certes une nouvelle création, mais ses animateurs sont des acteurs du processus d'élaboration de l'accord d'Alger 2015. Cette nouvelle coordination est la volonté de deux parties (l’Entente du 25 janvier 2017, le Front Populaire de l’Azawad (FPA) et le Mouvement Populaire pour le Salut de l’Azawad) à unir leurs efforts dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord de paix d’Alger et parvenir à une solution globale, durable et définitive aux problèmes récurrents que rencontre la population du Mali en général, et de l’Azawad en particulier. Bien avant l'accord d'Alger, le FPA et le MPSA étaient impliqués dans le processus de négociation depuis l’accord de Ouagadougou (18/06/2013) à la signature de l’Accord d’Alger, parachevé le 20 juin 2015. Hassane Ag Mehdi dit Jimmy le rebelle est un vrai acteur du processus pour la paix et la réconciliation du Mali. Son souci aujourd'hui est de voir un Mali uni, avec tous ses fils et filles. Il est l'un des rares chefs militaires à prendre ses distances avec les autres, avant de revenir dans la République et proposer ses services à l'Etat malien. C'est pourquoi il connaît le processus de mise en œuvre de l’Accord de paix signé le 15 mai et parachevé le 20 juin 2015. Il reconnaît que ce processus demeure encore au stade de mise en place des structures de suivi. «En vue de faciliter la solution de représentativité (facteur de blocage du processus de mise en œuvre de l’Accord de paix) au sein du Comité de Suivi de l’Accord (CSA) et ses sous-comités, et afin de faciliter le démarrage effectif de la mise en œuvre de l’accord, le FPA et le MPSA acceptent intégrer l’Entente du 25 janvier 2017», a-t-il souligné. C'est pourquoi ils ont convenu et arrêté une convention dont l’objet est de définir les conditions d’intégration du FPA et du MPSA au sein de l’entente du 25 janvier 2017. Dans son article 2 : il y a désormais un engagement du FPA et du MPSA. Le FPA et le MPSA s’engagent à respecter le protocole d’accord, le règlement et les principes en vigueur au sein de l’Entente du 25 janvier 2017 ; à participer à la mise en œuvre de l’accord au même titre que les autres mouvements regroupés au sein de l’entente du 25 janvier 2017 (CPA ; CMPFR2 ; FPA ; MSA ; CJA ; MPSA), conformément au document de l’accord de paix d’Alger en mettant à disposition les ressources humaines et matérielles dont ils disposent. Répondre aux besoins ponctuels de l’entente du 25 janvier 2017 et à toutes les convocations de réunions et rencontres organisées par l’entente du 25 janvier 2017 dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord de paix. Mobiliser ses ressources humaines (combattants, cadres et militants) et matérielles pour soutenir les objectifs de l’entente du 25 janvier 2017 conformément à l’accord de paix d’Alger. Informer l’entente du 25 janvier 2017 de toute difficulté rencontrée dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord. Les deux groupes consentent dans leur engagement d'entente à se reconnaître et considérer le FPA et le MPSA en qualité de mouvements politico-militaires au même titre que les autres mouvements. «Dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord de paix d’Alger, l’Entente du 25 janvier 2017 reconnaît le FPA et le MPSA comme membres à part entière et accepte qu’ils bénéficient des mêmes droits et avantages que les autres mouvements membres (CPA ; CMPFR2 ; FPA ; MSA ; CJA ; MPSA), à savoir la représentation au sein des structures du processus. L’intégration des combattants et des cadres, conformément à ses effectifs qu’il regroupera dans les sites de cantonnement retenus), puis la réinsertion socio-économique, etc.», ajoute Jimmy le rebelle, secrétaire général du FPA. La Coordination veut élargir le bureau exécutif de l’entente du 25 janvier 2017 pour y intégrer les représentants des bureaux exécutifs du FPA et du MPSA ; préparer et accompagner les mouvements durant la phase de réintégration du FPA et du MPSA à travers des réunions et concertations ; établir une communication fiable au sein de l’entente de 25 janvier 2017, favorisant une collaboration harmonieuse entre les mouvements de l’Azawad afin de se valoriser mutuellement dans le respect des principes de justice et d’équité. Dans l'article 4 : il est question d'attente mutuelle des parties. Elles s’entendent sur des prises de décisions de façon participative et consensuelle entre tous les membres de l’entente du 25 janvier 2017. Cela afin de conjuguer et coordonner leurs positions et actions dans le cadre de toutes les démarches visant la recherche d’une solution pacifique et durable aux problèmes des populations du Mali. Leur article 5 parle de respect de la présente convention, qui prend effet dès sa signature, dans l’esprit de la bonne collaboration pour la mise en œuvre de l’accord de paix d’Alger. Kassim TRAORE **** Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here