Château d’eau à Sénou Hérémakono : Le geste apprécié de la mairie de la Commune VI et l’Agence des musulmans d’Afrique

6

D’un coût de 16 000 000FCFA,  il couvrira les besoins en eau potable de 1600 femmes, 1250 enfants, 1060 hommes et trois mosquées Dans le cadre du partenariat de la mairie de la commune VI et l’Agence des musulmans d’Afrique (AMA), le maire de la commune, Alou Coulibaly, a procédé à l’inauguration, de l’adduction d’eau, destinée à  la population de cette zone. C’était le week-end dernier à Sénou, en présence du représentant de l’Ama, Bakary Coulibaly, du maire délégué de Sénou, Alou Danfaga, et des représentants du contingent néerlandais de la Minusma, basé à Sénou. Ont notait aussi la présence des leaders religieux et notabilités du  quartier.

Cette réalisation à Sénou, par la mairie de la commune VI en partenariat avec l’ONG Agence des musulmans d’Afrique, est financée à hauteur de 16 000 000FCFA.  Elle couvrira les besoins en eau potable de 1600 femmes, 1250 enfants, 1060 hommes et trois mosquées d’où l’importance de la pression autour du point d’eau. Pour le porte parole des bénéficiaires, Tiécoura Diarra, l’eau est indispensable à la vie et elle est de l’or pour tout être vivant, mais cependant elle peut être le véhicule/ vecteur de plusieurs germes de maladies qui sont courantes au Mali et plus particulièrement à Sénou. Les eaux stagnantes constituent des gites larvaires de moustiques et de mouches favorisant la transmission du paludisme et de la diarrhée. Pour Tiecoura Diarra, la population est préoccupée surtout de la gestion et la pérennisation du système d’alimentation en eau potable du quartier. C’est pourquoi, dit-il, le comité de gestion a été mis en place le 02 septembre, pour la bonne gestion du joyau. « Ce point d’eau potable est une grosse épine enlevée du pied du président de l’association et des femmes du quartier. Mais je l’assure d’autres épines continuent à grignoter nos pieds » a indiqué le porte parole. Par ailleurs, il a demandé au maire, la réhabilitation du fameux carré de Lokonkan, qui devient une rivière en cas de pluie ; la construction d’une grande mosquée de vendredi ; la sécurisation du secteur par l’électrification de la zone qui n’a pas bénéficié du projet d’électrification de Sénou ; secteur et les conditions d’études de nos enfants dans des salles classe vétustes. Pour le représentant de l’Agence des musulmans d’Afrique, Bakary Coulibaly, ce geste humaniste, est un appui des partenaires basés en Koweït, dans le cadre de l’entraide et de la solidarité entre les musulmans dans le monde entier. L’Agence des musulmans d’Afrique existe au Mali, depuis 1988 et évolue dans plusieurs secteurs a t-il souligné. Cette Ong musulmane est présente dans plusieurs régions du Mali et elle intervient dans plusieurs domaines. Il a appelé les bénéficiaires à un bon usage de l’ouvrage, pour sa pérennisation au bénéfice de la population. Le maire de la commune VI, Alou Coulibaly dira que le quartier de Sénou, est confronté à des défis nombreux et variés. Il s’agit dit-il, des difficultés d’accès aux soins de santé, au transport, l’électricité, les difficultés d’accès aux services administratifs de base et l’insuffisance d’approvisionnement en eau potable. Cet acte, estime t-il, entre dans le cadre de la concrétisation des promesses de la campagne électorale, il ya dix mois. Il s’agit  de la mise en œuvre des initiatives locales qui favorisent l’emploi des jeunes, la protection sociale, l’accès équitable à la justice pour tous les citoyens, la santé et l’éducation. S’adressant au partenaire, le Maire dira que « vous venez de contribuer non seulement pour le bien-être de la population démunie à Sénou, mais aussi à l’atteinte des objectifs des engagements du conseil communal ». « Donnez de l’eau à quelqu’un est déjà grande chose. Mais la population de la commune VI a besoin encore d’autres initiatives pour l’amélioration de leur condition de vie » a ajouté Alou Coulibaly. L’Agence des musulmans d’Afrique est une Ong qui vient en aide aux populations démunies. Notamment dans les domaines de la construction de mosquées, d’infrastructures hydrauliques, de centres de formation professionnelle, la formation des jeunes aux métiers manuels, à l’informatique, à la culture islamique, et octroie de micros crédits aux porteurs de projets. A M Touré Source : Maliweb Maliweb