Bilan d’IBK : Le RPM ne se sent pas concerné !

5
Le Président de la République SEM Ibrahim Boubacar Kéita a célébré depuis le 4 septembre dernier la 4e année de son accession au pouvoir. C’était une occasion de dresser le bilan des 4 années de son quinquennat. Plusieurs débats ont été organisés autour du sujet. Un constat, le Rassemblement pour le Mali (RPM) parti au pouvoir a brillé par son absence. Le Président de la République SEM Ibrahim Boubacar Kéita a bien raison de dire qu’il se sent seul. Ses compagnons lui ont abandonnés en ras campagne en lui laissant à son triste sort. Son parti, le RPM, qui devrait en temps normal le soutenir est aux abonnés absents. Une absence remarquée lors des débats organisés par Africable, la chaine du Continent. Le RPM ne s’est jamais présenté au débat. Il a toujours préféré prendre la poudre d’escampette en envoyant des seconds couteux de la convention pour la majorité présidentielle. Laquelle CMP qui est d’ailleurs moribonde. Elle ne s’est pas sur quel pied il faut danser. Aphone, la CMP n’a donné de la voix que le mardi 19 septembre à la faveur de la 3e assise. De façon timide, la CMP annonce que le bilan d’IBK est satisfaisant malgré quelques difficultés. Toutefois certains membres ont brillé par leur absence à ces assises. Il s’agit de Me Moutaga Tall et Choguel Chokalla Maiga, tous anciens ministres. Ont-ils pris leur distance avec la CMP ? L’avenir nous le dira. Par ailleurs, avec des excuses permanentes, le RPM démontre à souhait qu’il ne se sent pas fier du bilan du Président de la République ou du moins qu’il n’est pas concerné par le bilan du Président. Sinon, en bon parti au pouvoir, les cadres du parti qui ne sont pas à la charge devront prendre d’assauts les plateaux de télé, de radio et les colonnes des journaux pour défendre le bilan. C’est sur ce point qu’ils étaient attendus. Mais hélas ! Après quatre ans d’exercice du pouvoir, le RPM semble être un parti qui n’était pas historiquement prêt à prendre le pouvoir en 2013. Il n’a pas également reçu à faire sa mutation de parti d’opposition en parti au pouvoir. En témoigne les discours de ces cadres. C’est un parti qui est en manque d’inspiration et de vision. Car jamais de mémoire d’homme au Mali, un parti au pouvoir n’a été aussi moribond que ce parti. Le RPM demeure aujourd’hui comme un château de carte qui peut s’écrouler à tout moment. Il n’est rempli que par des opportunistes de tout acabit, qui n’hésiteront pas à changer de veste à la moindre occasion. Abdrahamane Sissoko Source : aBamako aBamako