Cité de Kabala : Le PM constate des manquements dans l’opérationnalisation du complexe universitaire

6
Le chef de l’exécutif Abdoulaye Idrissa Maïga s’est rendu compte que les conditions de travail n’étaient pas encore réunies à la cité universitaire de Kabala. Une situation déplorable à laquelle le PM s’est engagé à apporter quelques solutions avant la rentrée 2017-2018. Sur invitation du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Assétou Founé Samaké, le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga a visité la semaine dernière les locaux de la cité universitaire de Kabala. Il était accompagné lors de cette visite de membres de son cabinet et plusieurs ministres. Le visiteur du jour était venu s’enquérir d’un certain nombre de problèmes qui bloquent l’opérationnalisation du joyau complexe universitaire, que la Chine a offert gracieusement à notre pays. Si le chef de l’exécutif était déjà briefé par Assétou Founé Samaké des problèmes qui prévalent au sein du complexe, Abdoulaye Idrissa Maïga a été surpris du manque d’eau et d’électricité qui rend l’opérationnalisation du complexe difficile. Une situation qu’un responsable du projet de Kabala a expliquée au PM. Selon lui, dans la conception du projet, c’est l’Etat qui devrait apporter de l’eau et l’électricité. Au cours de sa visite, le PM a dû constater d’autres manquements. Il s’agit entre autres de l’inactivité de la cantine scolaire et du centre de santé, l’éloignement du complexe du centre-ville, mais et surtout l’exposition du personnel et des étudiants à une insécurité totale. Les responsables du Centre national des œuvres universitaires (Cenou) lui ont même fait une demande expresse d’octroyer des mesures d’accompagnent pour le personnel. Après avoir visité quelques Blocs, le PM a arrêté sa visite pour des mises aux points. Il s’est cependant réjoui de sa visite qui lui a permis de faire le constat sur place. Il s’est engagé à satisfaire quelques-uns des problèmes avant la rentrée universitaire prévue pour ce mois d’octobre, notamment le problème d’eau et d’électricité. Mais le temps presse dans la mesure où la rentrée se profile à l’horizon. Adam Diallo (stagiaire) Source : aBamako aBamako