Festivités du 22 septembre : Est-ce une dernière pour IBK ?

42
L’essentiel des festivités marquant le 22 septembre, fête de l’Indépendance du Mali, s’est déroulé cette année 2017 au camp ‘’Soundjata Keita’’ de Kati, sous la cadence militaire. Le défilé était présidé par le président de la République Ibrahim Boubacar Keita. Chef suprême des armées, IBK pourrait avoir connu sa dernière cérémonie du genre en en tant que locataire de Koulouba ? C’est dans un contexte pré-électoral que s’est tenue la fête nationale. Le Président de la République a célébré la journée commémorative du 57èanniversaire de l’accession du Mali à la souveraineté internationale. Le marathon a commencé par le traditionnel dépôt d’une gerbe de fleurs au pied du Monument de l’Indépendance. Le Chef Suprême des armées maliennes s’est ensuite rendu à Kati pour assister au défilé après la revue des troupes, un épisode quelque peu gâché par les intempéries du moins parce le direct télévisuel prévu est devenu un différé par la force de la nature. Aussi décevant qu’il puisse paraitre, ce mineur trouble-fête n’a guère affecté outre mesure l’enthousiasme du locataire du palais présidentiel, dont les pensées étaient peut-être tournées ailleurs. Et pour cause, l’évènement fait figure de dernière de son quinquennat parce qu’un autre 22 Septembre n’interviendra plus avant la présidentielle de 2018. C’est pourquoi les angoisses quant à une présence au même endroit en septembre 2018 ont sans doute taraudé son esprit et ont probablement guidé les autorités dans leur persistance à donner au 22 septembre la même allure que du temps où la souveraineté du pays n’était pas contrariée par les plaies béantes de l’intégrité territoriale, d’une tutelle internationale imposée par les menaces de malaises humanitaires inhérentes à la crise et à l’insécurité, du péril qui pèse encore sur son statut de République unitaire. Le destin présidentiel d’IBK aurait pu se dessiner sur un tableau moins pessimiste si sa côte de popularité n’avait pris un coup du coup d’arrêt infligé au projet de révision constitutionnelle par la rue en même temps que les travaux d’envergure et initiatives de développement annoncés ne bougent pas beaucoup depuis leur lancement en grande pompe. Or, en dehors des prouesses de l’emploi défendables quoique entachées par les contestations de sceptiques, aucune inauguration n’a rythmé le dernier 22 septembre du premier quinquennat d’IBK. Les regards de l’opinion sont rivés sur des chantiers dont les délais sont pour la plupart différés à une période postérieure au renouvellement de mandat. Si le 22 septembre 2018 n’est pas une dernière pour IBK, il l’est fort probablement pour le gouvernement AIM dans sa configuration, d’autant que la donne milite plus que jamais en faveur d’un changement d’équipe. D’aucuns résisteront dans au coup de balai qui se profile cette semaine, tandis que d’autres seront remerciés pour inutilité au même dessein pour le lequel IBK tenait à tout prix à la célébration de la fête de l’Indépendance à tout prix : le renouvellement de son mandat. Idrissa Keïta Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here