Le président du réseau des PME-PMI du Mali, M. Sanou Sarr : « Le commerce malien est l’un des commerces où le national a réussi beaucoup plus que d’autres pays…»

10
Le Mali notre pays a célébré, vendredi 22 septembre 2017, le 57ème anniversaire de son ascension à l’indépendance. Idem pour l’Arabie Saoudite qui fête le 87ème anniversaire de sa souveraineté le samedi 23 septembre. Une coïncidence heureuse ! que nous avons saisi pour tendre notre micro à un grand connaisseur des liens qui lient ces deux pays. Il s’agit du président du réseau des PME-PMI du Mali, M. Sanou SARR. Dans un entretien à bâton rompu, il explique les relations bilatérales qui existent entre le Mali et l’Arabie Saoudite. Lisez plutôt ! Le Pays : A l’ occasion de la 57ème fête de l’indépendance du Mali et le 87ème de l’Arabie Saoudite, quel message aviez-vous à l’adresse de ces deux pays amis de longue date ? Sanou SARR : L’histoire rapproche ces deux pays. Parce que le 22 septembre c’est la date anniversaire de l’indépendance pour le Mali et le 23 septembre c’est pour les Saoudiens. Donc, une très belle coïncidence et aussi ces deux pays sont unis par des liens historiques, culturelles et aussi par des liens économiques. Le message fort a adressé en tant que malien, c’est souhaité joyeux anniversaire à tous les Maliens qu’ils soient à l’intérieur et de la diaspora de la Arabie Saoudite et un peu dans le monde. Quels sont les liens qui lient les deux pays : le Mali et l’Arabie Saoudite ? Nous sommes d’abord unis par la religion l’islam. L’islam est notre religion que nous aimons beaucoup. C’est notre religion de force. Nous croyons à Dieu unique et à notre prophète Mohamed (PSL).Et dans l’histoire, il a été toujours dit et ça se dit toujours notre ancêtre El hadj Kankou Moussa a fait un pèlerinage à la Mecque et cela n’a été caché au monde entier. Ce voyage historique qui avait chuté le pays de l’or sur l’ensemble du monde. Kankou Moussa pouvait aller dans plusieurs coins du monde mais il a préféré aller à la Mecque. Parce que c’est là-bas qu’il devrait aller. Il est allé passer le message de tous les peuples Maliens à l’endroit du peuple saoudien et notre foi à la religion musulmane par cet acte de Kankou Moussa. C’est cette même religion qui nous unie depuis des temps immémoriaux qui a connus aujourd’hui au Mali la première université islamique de Tombouctou en Afrique au sud de Sahara vraiment en est un des éléments révélateur des éléments fondamentales qui prouve franchement le lien historique entre le Mali et l’Arabie Saoudite. Parce que, il faut reconnaitre notre passion de l’islam c’est l’Arabie Saoudite. C’est là où se trouvent les deux grands lieux saints : la KAABA et la Mosquée de Médine, là où coucher le prophète Mohamed (PSL) et ses fidèles serviteurs. Donc, c’est là où nous partons faire le pèlerinage chaque année. C’est un lieu saint qui nous ait vraiment capital. Et c’est l’Arabie Saoudite qui abrite les deux lieux saints, garder et soigneusement surveiller par le Roi Salmane et le prince saoudien. Ce lien historique existe depuis que le Mali ait entré dans l’islam. Depuis dans les temps jusqu’à nos jours, chaque année c’est des fidèles musulmans qui se déplacent pour le pèlerinage et pour la ‘’Hoummra’’. Et en dehors même de ces deux dates de Ramadan et le Tabaski pour tous les mois les musulmans se déplacent pour aller sur ces lieux saints. En plus de cela également, l’Arabie Saoudite fait partie des pays qui ont, très tôt à la toute première heure en 1960, reconnu l’indépendance du Mali. L’histoire nous enseigne aussi que le Roi d’Arabie Saoudite a fait une visite historique en 1966 au Mali où la promesse a été donné de construire la grande mosquée de Bamako. Et de la promesse la réalisation a été faite cette grande mosquée, elle est aujourd’hui au bénéfice de tous les maliens. Donc, franchement ces liens historique qui sont et il y en a plusieurs mais je me limite à ces quelques exemples pour dire que le Mali et l’Arabie Saoudite sont unis par l’histoire et aussi la culture musulmane. Quelle caractéristique de commerce existe entre les deux pays? Bien entendu, les liens commerciaux existent toujours entre le Mali et l’Arabie Saoudite. Je rappelle tout juste que les grands importations se faisaient à partir de Djeddah et qui continu jusqu’à présent. Avant de connaitre d’autres horizons commerciaux, les opérateurs économiques maliens ont beaucoup commercé entre Djeddah et Bamako. Et ça continu. Ces liens commerciaux sont solides. Et récemment vous avez vu la visite du président de la République IBK en Arabie Saoudite. Il a été reçu vraiment avec les honneurs. Et le Roi Salmane et le président IBK ont promis que les relations commerciales vont se renforcer. Au-delà même, le président de la République du Mali El hadj Ibrahim Boubacar Keïta est allé à la chambre de commerce pour faire voir à tout le monde qu’il est le premier agent commercial du Mali. Il a rencontré le président de la chambre du commerce saoudien. Cela dénote tout l’intéresse que le président IBK accorde aux relations commerciales entre le Mali et l’Arabie Saoudite. Delà, un protocole d’accord commercial est actuellement entre les mains de l’administration malienne pour être étudié et signer prochainement. Parce que ce document très important pour seller les relations commerciales entre le Mali et l’Arabie Saoudite. Puisque ça se faisait dans le temps mais les deux gouvernements ont décidé aujourd’hui qu’il ait un document à la base qui puisse définir les grandes lignes de l’accord commercial entre ces deux pays. Et également, ce document va servir de garantie, de miroir et protection non seulement pour les hommes d’affaires saoudiens qui viennent au Mali mais aussi aux hommes d’affaires maliens qui vont aller en Arabie Saoudite. Nous sommes mêmes en gestation d’une mission commerciale en Arabie Saoudite. Mais nous attendons d’abord que cet accord commercial soit fini entre les deux pays. Cela nous permettra très prochainement d’aller fouler le sol Saoudien et voir comment nous pouvons entre les petites et moyennes entreprises d’Arabie Saoudite et ceux du Mali faire une relation de jonction, des inventives, de financement et tout autre. Dans quels domaines spécifiques l’opérateur économique malien pourrait profiter des avantages de ces relations commerciaux entre le Mali et l’Arabie Saoudite ? Tous les domaines sont à explorer. Mais, il faut que le Mali évalue ses besoins. Nous avons évalué nos besoins en tant petite et moyenne entreprise nous savons de quoi nous avons besoin. Il y a un certain nombre de domine dans lesquels Arabie Saoudite a aujourd’hui beaucoup réussi : il y a les énergies renouvelable. Nous avons besoin aujourd’hui puisque aucune entreprise ne peut se développer sans une énergie ferme. Aujourd’hui le Mali a vraiment besoin de l’énergie renouvelable pour que les entreprise aient l’électricité à moindre coût et pouvoir développé leur entreprise. C’est vraiment un domaine essentiel au quel nous tenons beaucoup. Il y a un autre domaine que les hommes d’affaires maliens auront besoin en dehors de l’énergie renouvelable il y a le BTP. Dans le domaine de BTP l’Arabie Saoudite a beaucoup réussi et dont le Mali en a besoin aujourd’hui. Puisque nous sommes dans les logements sociaux, nos entreprises telles que le BTP ont besoin d’un certain nombre d’expérience pour faire face à cette forte demande du BTP. Le Mali est un pays minier mais aujourd’hui la transformation des produits miniers ne se fait pas au Mali. Et l’Arabie Saoudite peut beaucoup nous aider dans ce cadre-là. Ensuite, il y a ingénierie, l’Arabie Saoudite fait la formation et aussi du côté de la santé qui va beaucoup intéresser les maliens. Nous avons vu dans le temps beaucoup de nos gens malade étaient soignés à Djeddah ou à Riyad. Ensuite, nous avons le domaine de TIC qui est aujourd’hui un domaine beaucoup plus développé également, l’Arabie Saoudite est à longue avance par rapport à nous. Tous ceux-ci sont des domaines spécifiques dans lesquels nous pouvons agir. Mais, l’Arabie Saoudite a besoin certaines choses également au Mali. Nous savons que le Mali est l’un des champion en cheptel, en bovin ou en caprin. Et l’Arabie Saoudite consomme un certain nombre de milliards en viande par an. Et la norme ‘’HALAL’’ est respecté au Mali. Parce que nous sommes un pays musulman. Dans cette exportation, notre viande en Arabie Saoudite donc nous aurons besoins pour que cette exportation se fasse vraiment de façon continuelle et puis de façon satisfaisante. Nous avons besoin de finance Saoudienne pour pouvoir injecter les finances saoudienne dans la filière viande. Parce que la bonne partie des petites et moyennes entreprises c’est le manque de financement mais ce n’est pas le manque de savoir-faire. Les fiances saoudien peuvent se faire dans le cadre du partenariat dont l’argent peut être injecté dans le cadre de la viande, de la consommation saoudienne annuelle en bœufs. Deuxième chose, pratiquement les abattoirs modernes qui respecte les normes Saoudien. Donc, les viandes sont là, bien traité et exporter en Arabie Saoudite comme ça se fait un peu partout dans le monde. Alors, nous pouvons vraiment prendre une part de marché. Les moutons que égorge l’Arabie Saoudite pendant les Hadj, il y a millier de million .le Mali également en dehors de carcasse qu’ils nous amènent après le pèlerinage est un don que l’Arabie fait au Mali chaque année. Le mouton vivant peut quitter ici et être à l’Arabie Saoudite. Les fiances Saoudiennes peuvent servir à engraisser les animaux, de l’embouche bovine ou ovine pour que ces animaux soient en a point pour servir les Hadj et les pèlerins chaque année. Là aussi, c’est un domaine que l’Arabie Saoudite peut avoir avec les maliens. Voilà un peu certains domaines spécifiques parmi tant d’autre. Il y a entre autre l’équipement sanitaire, souvent on importe des produits tels que les seringues et tout ce que ça suit, les réactifs biomédicaux qui viennent d’autre pays mais qui sont produits en Arabie Saoudite et qui sont également dans les normes de l’Islam. Etant un pays musulman, nous devons aussi nous rapprocher à certaines normes qui sont propre à notre religion. Nous avons besoin et l’Arabie Saoudite aujourd’hui a un flux financier très important qui peut être injecté dans ces domaines productifs et pérenne. Le Mali étant un pays agropastoral. Quelle piste à explorer avec l’Arabie Saoudite ? Nous sommes un pays agropastoral, nous avions des terres, des lacs, des barrages hydro-électrique, des terres Arabe, nous avons plein des terres qui peuvent être mise en valeur. Effectivement, l’Arabie Saoudite est un pays sec où il ne pleut même pas. Mais, ils ont réussi dans le système d’irrigation. Quand on a un problème il faut trouver la solution. L’Arabie Saoudite ayant eu de problème dans ce sens, il y a l’irrigation qui a réussi chez eux. Et nous avons besoin de ça dans certains domaines. Mais, ce système peut être appliqué dans nos lacs. Comment pouvoir irriguer nos terres, c’est-à-dire faire la culture 12 /12 mois au Mali. En hivernage il y aura la culture mais en saison sèche aussi. Cette technique d’irrigation des terres peut être utilisée. Et c’est les mêmes produits que nous produisons ici et qui peuvent être exporté en Arabie Saoudite. Il y a plein de produits que nous pouvons produire pour exporter en Arabie Saoudite : il y a le mil, les légumes etc. Tout ça c’est des trucs qui peuvent être exporté en Arabie Saoudite. Eux, ils sont réussis dans ce domaine-là. Et pourtant, nous ayant des terres, de l’eau la main d’œuvre moins cher je pense que beaucoup de choses peuvent être faites. Et il faut qu’on soit pragmatique. Aujourd’hui, ce n’est pas l’immigration qui peut faire réussir ce pays, l’agriculture est sans doute est la voie par laquelle le pays peut se développer et amorcer le chômage. Cette même voie également peut aider le pays à sortir de ce terrorisme. Tu sais quand les enfants son enrôler parce qu’ils n’ont pas de travail. Il est vrai l’agriculture rudimentaire avec la petite daba ne paye plus. Mais, l’agriculture moderne à laquelle ils ont réussi et nous pouvons pratiquer le même système pour amorcer le chômage, aider les jeunes se développer, à connaitre que la terre ne ment pas et elle peut faire réussir un homme. Votre mot de la fin ? J’invite nos autorités à signer cet accord commercial avec l’Arabie Saoudite pour que rapidement nous puisons aller dans un sens comme dans l’autre sens pour pouvoir faire des affaires avec les hommes d’affaires Saoudiens. Je félicite les deux pays ! Les deux dates nos rapproche et maintenant il faut les faits aussi nous rapproches. Le 22 septembre pour le Mali et le 23 septembre pour l’Arabie Saoudite. Puisque ces deux dates sont collées il faut que les deux pays restent coller pour l’histoire, pour la culture, pour l’économie, pour les finances et pour l’amour même de notre religion. Nous sommes un pays pauvre certes mais nous avons quelque chose à donner et nous avons quelque chose à recevoir d’eux. Donc, nous voulons un partenariat gagnant-gagnant dans lequel nous sommes vraiment prêts à y engager d’aller. J’exhorte les opérateurs économiques maliens à être agressif, à savoir que quand on a une opportunité il faut savoir l’exploiter en bon échange dans l’honnêteté, et dans le courage. Le Malien est très courageux ! Le commerce malien est l’un des commerces où le national a réussi beaucoup plus que d’autres pays. Mettons-nous au service de notre pays ! Merci ! Source : aBamako aBamako