Younouss Hameye Dicko, membre de la CMP : « Nous voulons des élections transparentes pour que personne ne conteste la victoire d’IBK en 2018 »

7
Les membres de la Convention des partis politiques de la majorité présidentielle (CMP), étaient face à la presse, le samedi 23 septembre 2017, à la Maison de la presse pour donner plus des informations sur le bilan des 4 ans du Président de la République Ibrahim Boubacar Keita au pouvoir. Cette conférence de presse a été animée par le Vice-président de la CMP, Pr. Mamadou Kassa Traoré ; Ibrahim Boubacar Bah, Boubacar Boubou Dicko, Younouss Hameye Dicko, Sidibé Aminata Diallo… Au cours de cette conférence les conférenciers ont révélé les missions, les orientations quotidiennes de la Convention des partis politiques de la majorité présidentielle (CMP), en accompagnant le Président Ibrahim Boubacar Keita dans la mise en œuvre de son programme de gouvernement inspiré de son projet politique ; en soutenant de façon lisible et visible l’action gouvernementale ; en appuyant le Gouvernement en vue de l’atteinte diligente des objectifs de développement contenus dans le programme politique du président IBK. Plusieurs questions ont été posées sur l’économie, la sécurité, le projet de la révision constitutionnelle entre autres par les journalistes et des réponses claires ont été données par les conférenciers. Ibrahim Boubacar Bah, président de l’UM-RDA, Vice-président de la CMP, a dit que le Président IBK avait pris des engagements face au peuple malien, et la CMP a tenu à faire le bilan de ces engagements qu’elle a trouvé en toute honnêteté salutaire. Pour lui, ces engagements ont majoritairement été tenus par le président IBK surtout sur la reforme des forces des armées. A ses dires, le président IBK a trouvé que l’Etat était en faillite et aujourd’hui dans le classement de l’UMEAO, le Mali hausse la tête sur ce plan, ce qui veut dire sans doute qu’il a eu tant des efforts pour obtenir ce résultat. Pour M. Bah, en 1980, l’or a donné une recette d’exportation de 50 milliards mais aujourd’hui, il donne une recette d’exportation de 1000 milliards de francs CFA. « Je n’ai pas dit que c’est IBK qui a fait cela mais notre pays s’évolue avec l’or et c’est du à la bonne gouvernance. Malgré cela, il y a la faiblesse dans le secteur minier parce que nous n’avons pas de raffinerie donc il faut qu’on ait cela pour épanouir le secteur de la mine », a-t-il estimé. Pour Boubacar Boubou Dicko, concernant la Minusma, Barkhane, le G5 Sahel, le Mali était plongé dans une profonde crise en 2012 donc il fallait l’assistance de la communauté internationale pour dérouter les djihadistes qui voulaient envahir notre pays et mettre en cause l’existence de la République du Mali. Il a rappelé que la Minusma n’est pas ici au Mali pour une mission de guerre mais plutôt à une mission de stabilisation. Le Barkhane est au Mali pour lutter contre les djihadistes et les terroristes. Quant au G5 Sahel qui est une initiative des 5 pays frontaliers du sahel pour faire face à l’insécurité dans les frontières respectives, permet à ces pays de conjuguer leurs efforts contre les terroristes dans ces différents pays. Sur le rôle de la CMP sur l’élaboration de fichiers électoraux, le Doyen Younouss Hameye Dicko a indiqué que son rôle sera d’exiger la justice et la transparence. « Nous voulons que les travaux se passent dans la transparence afin que notre victoire en 2018, il s’agit de réélection d’IBK, ne soit pas contestée par qui que ce soit », a-t-il dit et de souligner qu’ils n’ont rien à cacher et toute la transparence sera recommandée par le président IBK. A ses dires, la CMP est sur la bonne voie et elle organisera d’autres assises en inclut de leurs objectifs pour accompagner indéfectiblement le président IBK. A propos des autorités intérimaires, il dit : « Nous sommes beaucoup investis qu’elles ne le sont. Mais ces autorités intérimaires ne concernent pas toutes les régions car dans certaines régions se trouvent des autorités élus à travers les élections tenues ». En plus, il a fait savoir que la révision constitutionnelle avait pour seul but d’apporter des solutions à certaines préoccupations du citoyen lambda. « Depuis l’élection d’IBK, nous n’avons fait qu’exécuter le sens du Mali d’abord et nous pouvons constater aisément qu’il y a eu beaucoup de réalisations pendant ces 4 ans. Il faut se rappeler ainsi qu’en 2013 en réalité, il n’y avait pas d’État », a-t-il évoqué. Et de signaler que son parti souhaiterait que le président IBK se présente aux élections de 2018 pour briguer un second mandat. Seydou Karamoko KONE Source : aBamako aBamako