Affaire Collège Horizon : Le PM, Abdoulaye Idrissa Maïga fait faux bond aux députés

13
Le jeudi 21 septembre 2017, le gouvernement était interpellé par le député de l’opposition parlementaire, Adama Kané à l’Assemblée nationale du Mali pour qu’il s’explique sur la fermeture des établissements scolaires Collège Horizon. Mais, le Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga, chef du gouvernement a brillé par son absence. Néanmoins, les autres membres du gouvernement ont répondu présent à cette séance de question d’actualités dont trois d’entre eux répondaient aux préoccupations des honorables députés. Il s’agit des ministres Mohamed Ag Erlaf, Abdouhamane Sylla et Tiéman Huber Coulibaly. Selon le député interpellateur, la décision du gouvernement de fermer le Collège Horizon et de mettre fin aux activités d’enseignement de certains citoyens turcs au profit d’autres citoyens du même pays, participe de la soumission du Mali à l’injonction d’un gouvernement étranger, en l’occurrence le pouvoir d’Erdogan en Turquie. Au nom de l’intérêt supérieur du Mali et de ses enfants, il a invité le gouvernement de revenir sur sa décision d’annulation de Collège Horizon. Pour sa défense, le gouvernement a expliqué que cette décision de fermeture des Etablissements Collège Horizon a été faite pour des raisons d’Etat, liée à la sécurité nationale. Les ministres qui défilaient à la barre à l’hémicycle ont fait savoir que le gouvernement a pris des dispositions afin de préserver les intérêts des élèves Maliens. La séance de question d’actualités tenue dans la salle Modibo Keïta de l’Assemblée nationale était présidée par le président de l’hémicycle, l’honorable Issaka Sidibé, en présence des membres du gouvernement et d’autres personnalités. Selon le député interpellateur du groupe parlementaire VRD (Vigilance républicaine et démocratique), l’honorable Adama Kané élu à Baroueli, le ministre de l’éducation nationale et le gouverneur du District de Bamako, ont respectivement pris un arrêté daté du 21 août 2017 et une décision datée du 22 août 2017, d’annulation des autorisations et habilitations accordées au Collège Horizon. Au nom de l’intérêt supérieur du Mali et de ses enfants, il a invité le gouvernement de revenir sur sa décision qui comporte des erreurs matérielles. « Le Collège Horizon n’est pas une école Turque au Mali. Il s’agit d’un établissement dont le programme d’enseignement est malien, dispensé par des enseignants en majorité maliens sous l’encadrement de ressortissants turcs régulièrement installés au Mali depuis 15 ans. Mieux les promoteurs de Collège Horizon sont à la base du développement et de l’expansion de la coopération entre notre pays et la Turquie. Ils réalisent d’importante œuvres caritatives dont plus de 350.000 consultations ophtalmologiques, 30.000 patients maliens gracieusement opérés du cataracte », a-t-il dit. A ses dires, la décision prise par le ministre de la République en accord avec la Fondation Maarif de Turquie pour reprendre l’actif immobilisé donc les biens immeubles, matériels et mobiliers, et l’activité des établissements d’enseignement du Collège Horizon est sans précédent. « Il s’agit ni plus, ni moins qu’une tentative d’extorsion de propriété privée, qui terni l’image de notre pays, en un état voyou qui extorque les biens de personnes étrangères en violation des accords internationaux sur la protection et la défense des capitaux et investissements étrangers que notre pays a ratifié », a martelé l’honorable Kané. Selon le député interpellateur, la décision du gouvernement de fermer le Collège Horizon et de mettre fin aux activités d’enseignement de certains citoyens turcs au profit d’autres citoyens du même pays, participe de la soumission du Mali à l’injonction d’un gouvernement étranger, en l’occurrence le pouvoir d’Erdogan en Turquie. Monsieur le ministre, si demain Erdogan demandait de fermer une entreprise privée quelconque au Mali parce qu’elle appartiendrait à un citoyen turc qui ne serait pas avec lui, êtes vous prêt à le faire ? s’interroge-t-il. A l’en croire, la Turquie a expulsé une vingtaine d’étudiants maliens adolescents innocents depuis le prétendu coup d’Etat dans ce pays. Et d’ajouter que le gouvernement d’Ankara a emprisonné deux étudiants adolescents dont un serait le fils d’un dignitaire Malien. En plus du député interpellateur, d’autres élus ont exprimé leurs préoccupations lors cette interpellation du gouvernement. C’est le cas de l’honorable Seyba Coulibaly du groupe parlementaire de l’opposition, Adp-Maliba/ Sadi, qui a fait savoir qu’au delà de la solidarité gouvernementale, comment un ministre qui n’a pas la compétence des affaires étrangères peut-il engager le gouvernement en concluant un accord ? Baferma Sangaré, du même groupe, a demandé de savoir les raisons de la fermeture des établissements collège horizon et le sort réservé aux 3200 élèves. Une interpellation insensée, selon les députés de la majorité Même si le PM, Abdoulaye Idrissa Maïga était absent à cette séance d’interpellation de son gouvernement, les trois ministres ont tenté de répondre aux préoccupations des députés. Selon le ministre de l’éducation nationale, Mohamed Ag Elaf, Il s’agit de fermer une école animée par les nationalités Turques. Avant de signaler que le gouvernement a pris des dispositions en vue de préserver les intérêts des élèves Maliens. A ses dires, 155 étudiants maliens sont en Turquie. A l’en croire, il y a beaucoup d’établissements au Mali qui peuvent accueillir les 3 200 élèves dont 537 écoles publics d’enseignement fondamental, 2281 d’enseignement privé, 15 lycées publics, 4 établissements publics d’enseignement technique, 311 lycées privés, 232 établissements publics d’enseignements techniques et professionnel et 4 écoles étrangères agrées en Républiques du Mali. Aux dires du ministre Ag Erlaf, le budget de l’éducation fait parti des 5 priorités nationales. « Le gouvernement veillera à ce que l’intérêt des enfants soit préservé et que les engagements soient respectés », a-t-il conclu. Quant à Abdourhamane Sylla, ministre des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine, l’accord signé par le ministre Mohamed Ag Erlaf est valable. « Chaque ministre peut signer un accord au nom du gouvernement », indique-t-il. Il a fait savoir que le Mali et la Turquie sont des pays amis, pour preuve, dit-il, il y a un accord commercial entre les deux pays, un accord de suppression de visa, un accord aérien entre les deux pays. Pour sa part, le ministre de l’administration territoriale, Tiéman Hubert Coulibaly a précisé que la décision de fermeture des Etablissements scolaires Collège Horizon a été faite pour des raisons d’Etat, liée à la sécurité nationale. Selon l’honorable Belco Ba de la majorité, deuxième questeur de l’hémicycle, cette interpellation est insensée et sans objet car, selon lui, les débats entre l’honorable Me Zoumana N’Tji Doumbia et le ministre de l’éducation en date du 14 septembre 2017 ont été largement édifiants. Il sera appuyé par d’autres députés de la majorité dont le premier vice-président de l’Assemblée nationale, l’honorable Moussa Timbiné qui a indiqué que les intérêts des enfants et des enseignants sont préservés. Quant à l’honorable Hady Niangado de la majorité, près de 700 écoles sont fermées au nord à cause de la crise, or il n’y a pas eu d’interpellation. A cet effet, il a invité le ministre à tout mettre en œuvre pour que les enfants du nord puissent étudier. Aguibou Sogodogo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here