Festivités du 22 septembre : Plusieurs communes de l’inter-fleuve de Ké-Macina n’ont pas fêté pour raison d’insécurité

64
Il nous revient de sources dignes de foi que plusieurs localités de l’inter-fleuve du cercle de Ké-Macina dont Saye, Matomo, Souley… n’ont pas été de la fête du 22 septembre cette année à cause de l’insécurité qui prévaut depuis quelques années dans cette zone. Il s’agit des communes situées dans la rive droite du fleuve Niger qui traverse la ville de Ke-Macina. Compte tenu de leur proximité avec la zone de Diafarafé, connue comme étant un des fiefs des hommes d’AmadouKouffa, ces localités font face à une insécurité sans précèdent. Après avoir été chassés du Nord du pays par les militaires maliens et français à travers l’opération Serval, ces bandits déguisés en djihadistes ont trouvé refuge au Centre du pays à Mopti et dans une partie de la région de Ségou où ilsrègnent en maitres en imposant toutes sortes de privations de libertés aux populations. Ces localités dont une grande partie de l’interfleuve du cercle de Ké-Macina vivent sous la psychose des hommes de AmadouKouffa depuis environ 3 ans avec des attaques récurrentes contre les forces de sécurité et les agents de l’Etat. C’est compte tenu de ces menaces, selon nos sources, qu’il a été décidé de surseoir aux festivités du 22 septembre. D’autres sources évoquent une crise financière à cause de cette même insécurité. On sait que les terroristes ne cessent de menacer les agents de l’Etat qui récoltent les impôts et taxes auprès des populations. Ce facteur peut contribuer à affaiblir considérablement la caisse communale pour supporter de telles dépenses. Selon une source proche de la Mairie de Saye (commune de Sana), chaque année, cette raison d’insécurité est évoquée lors des assemblées préparatoires du 22 septembre pour demander l’annulation des festivités sans succès. Et c’est cette année que cela a été pris en compte. Mais cette décision n’a pas été du goût de tout le monde car nombreux sont ceux qui ne sont pas de cet avis. Nos sources nous ont confié que seules les communes de Saloba (Sarro), Folomana et Tonké ont pu organiser des petites cérémonies dans le cadre des festivités du 22 septembre contrairement aux autres communes telles Saye, Matomo, Souley…. qui n’ont pas du tout fêté. La tradition respectée à Macina Contrairement à plusieurs communes de l’interfleuve, Macina a bien fêté cette année le 22 septembre. Selon Djiguiba Keita dit PPR un des leaders du PARENA et ressortissant de Ké-Macina, c’est la course de pirogues qui n’a pu avoir lieu à cause de la pluie et le vent. Selon lui, la course de pirogues est une activité phare des festivités du 22 septembre à Macina. Elle a été reportée au lendemain c’est-à-dire le samedi 23 septembre. M.Dolo Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here