Salon régional d’intermédiation : Beaucoup d’opportunités pour la promotion de l’emploi

19
L’initiative crée un cadre de concertation et d’échanges sur les préoccupations liées au travail et avec les chercheurs, promoteurs d’emplois et les structures de financement de projets portés par les jeunes Des recrutements se font périodiquement au niveau de la Fonction publique, mais ils ne permettent pas d’absorber les nouveaux diplômés qui continuent d’arriver par milliers sur le marché de l’emploi. Pour atténuer l’ampleur du phénomène du chômage des jeunes, le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, à travers l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE), a organisé la première édition du Salon régional de l’intermédiation (SARI 2017). La rencontre placée sous le parrainage du Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga était présidée hier au Palais des sports par le ministre en charge de l’Emploi, Maouloud Ben Kattra. C’était en présence du directeur général de l’ANPE, Ibrahim Ag Nock et de nombre d’invités de marque. Dans son allocution, le maire de la Commune IV a remercié le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle pour son implication dans la recherche de solutions aux problèmes de l’emploi des jeunes. Pour le directeur général de l’ANPE, ce rendez-vous offre un cadre idéal pour la promotion de l’emploi. Ibrahim Ag Nock a indiqué qu’au cours du salon, il est attendu un certain nombre de résultats. «50 stands sont animés par les acteurs du marché du travail, une salle B2B sera animée par les «conseillers emplois» de l’ANPE et les bureaux privés de placement. Nous envisageons, au cours de ces 3 jours, de faire 2 000 entretiens bilatéraux avec les demandeurs d’emploi, qui seront organisés entre conseillers et demandeurs d’emploi. Nous prévoyons 1 500 mises en relation entre offreurs et demandeurs d’emploi. Il est prévu également la présentation de 50 entreprises et de leurs offres mais aussi 500 idées de projets», a-t-il expliqué. Par ailleurs, le patron de l’ANPE a rappelé qu’il y a une quinzaine d’années le nombre de jeunes versés sur le marché de l’emploi était estimé à 100 000 par an. Ce chiffre a, selon lui, connu une augmentation rapide pour atteindre 300 000 par an. Il a aussi indiqué que des efforts sont faits a travers le dispositif de garantie et de financement dans le cadre de la promotion de l’auto-emploi et de l’intermédiation. De 2013 à juin 2017, l’ANPE a contribué au financement de 540 PME, générant 5 019 emplois. Quant à Maouloud Ben Kattra, il a remercié le Conseil national du patronat et l’administration pour avoir initié ce salon qui cadre parfaitement avec le cœur de métier de sa structure. Contrairement à ce qui se faisait dans un passé récent, les agences de développement telles que la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et l’Agence française de développement reconnaissent aujourd’hui que le décollage économique de nos pays passe forcement par le développement du secteur agricole. Et le ministre en charge de l’Emploi de rappeler que c’est à juste titre que notre pays consacre 15% de son budget à l’agriculture. «Avec les nouveaux villages agricoles (NVA), nous voulons inciter la jeunesse à investir dans le secteur rural avec l’ambition de créer 3 000 emplois directs et 21 000 emplois indirects», a souligné le ministre. S’adressant aux jeunes, il dira que l’avenir du pays réside dans leur dynamisme et créativité. «Aujourd’hui notre pays peut être fier de sa jeunesse qui a révélé au monde entier le plus jeune négociateur africain et porte-voix de toute l’Afrique pour les négociations sur le réchauffement climatique. Cela grâce à l’expérimentation de la finance carbone par le jeune Seyni Niafo. Au début, personne n’accordait de crédit aux différentes expériences des jeunes. Mais ils ont cru en eux-mêmes. C’est ça le génie malien et c’est ce que nous voulons perpétuer», a conclu Maouloud Ben Kattra. Au cours du Salon, seront abordées trois thématiques dont les pratiques de rapprochement entre l’offre et l’emploi et la problématique de financement et de garantie des projets d’entreprises pour la promotion de l’emploi. Enfin, en troisième lieu, seront discutées les questions liées à la coloration entre décentralisation et promotion de l’emploi. Il est important de souligner que plusieurs bénéficiaires de l’accompagnement de l’ANPE ont témoigné de la réalisation de leurs projets. Mamadou SY Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here