Surpeuplement des prisons, déscolarisation des enfants : Amnesty international tire la sonnette d’alarme

6
Un rapport d'Amnesty Internationale publié le vendredi dernier, indique que plus de 150 000 enfants ne peuvent pas aller à l’école en raison de l'insécurité dans le Nord et le Centre du Mali. Le rapport attire aussi l'attention sur « les conditions de détention effroyables » à la prison centrale de Bamako et dans d’autres prisons en dehors de la capitale. Selon le rapport, plus de 500 établissements scolaires étaient fermés dans les régions du Nord et du Centre, en juin 2017. Dans le Centre du pays, certaines écoles ont été contraintes à fermer du fait de l'insécurité ou de la menace des groupes terroristes sur leur personnel. La région de Mopti est la plus touchée. Selon le directeur adjoint de l'Académie d'Enseignement de Mopti, plus de 190 établissements sont fermés, dans la région. Daouda Doumbia Directeur Adjoint du l’Académie de Mopti. 0:00 Pour cette rentrée scolaire 2017-2018, les autorités de la région de Mopti rassurent que des dispositions sont prises afin de rouvrir ces écoles. 0:00 Par ailleurs, le document d'Amnesty Internationale attire aussi l’attention sur les conditions de détention à la prison centrale de Bamako et dans d’autres prisons du pays. L'organisation estime qu'en Avril 2017, 1 200 personnes étaient détenues dans cette prison alors qu'elle n'a qu'une capacité de 400 détenus. Selon les responsables pénitentiaires, cette situation est intenable. Abdoulaye Fofana est le secrétaire général du syndicat des surveillants des prisons du Mali. Source : aBamako aBamako