Crise du Nord Mali : Une duperie !

5
Les dés sont pipés au Nord Mali. La crise qui y sévit est entretenue sciemment par une puissance étrangère que tout le monde connaît. Barkhane, MINUSMA…y sont pour ne rien faire. Un récent fait corrobore nos propos. Al Gabas Ag Intallah s’est vu refusé l’entrée en territoire américain. Il devait prendre part, en compagnie du président IBK, à l’Assemblée générale des nations Unies. Le parcours de cet homme, fils du défunt l’Amenokal de Kidal, est édifiant. Il a rejoint les rangs MNLA au tout début de la rébellion. Un MNLA qui avait été chassé par le MUJAO et Ançardine de tout le Nord du Mali. Les responsables se sont réfugiés en Mauritanie ; ils ont ensuite été remis en selle par la France. Voilà un Mouvement dont l’effectif ne dépasse guère 500 combattants et qui fait face aux soldats d’un Etat. Après le MNLA, il débarque à Ançardine de Yad AG Alhy, un mouvement criminel placé par les américains sur la liste des organisations terroristes. C’est Al Gabas Ag Intallah qui a d’ailleurs représenté ce mouvement aux négociations de Ouagadougou en 2012. Comme Ançardine n’avait pas bonne presse, ses amis français le conseillèrent de créer le Mouvement Islamique de l’AZAWAD, puis le Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (HCUA). N’importe quel analyste averti saura que ce sont les mêmes gens qui changent simplement de toges. Ne parlons même pas de la Coordination du Mouvement de l’AZAWAD dont il est aussi une ponte. Et c’est cet Homme qu’IBK et la France voulaient amener dans l’avion présidentiel malien aux USA. Les jeux sont clairs, la crise au Nord Mali est une duperie. Ceux qui l’enveniment sont connus de tous. Le président IBK, avec l’affaire Tomy, ne peut plus s’agiter. Les français le tiennent. Chaque fois qu’il durcit le ton, les médias français, comme par magie, font ressortir l’affaire Tomy. Du nom de ce sulfureux homme d’affaire corse. IBK, à ses débuts, avait mis à nu le complot ourdi par nos « prétendus amis » qui composent avec l’ennemi. IBK, le va-t’en guerre durant la campagne électorale, qui disait : « je ne négocierai jamais avec un homme en arme » a fini par se ramollir un comme un agneau. « A Alger, nous avons accepté qu’Ançardine avec un autre nom, le HCUA, vienne à la table des négociations », a dit publiquement IBK lors d’une intervention. IBK et ses amis Français (ses amis à lui, pas du Mali) savent où se trouvent Yad AG Alhy. Il l’a dit : « Yad AG Alhy est là, on le sait… », dit-il dans la même adresse. Voici la situation au Nord Mali. Les dessous des cartes sont connus. La MINUSMA a un effectif de 3 289 militaires et 1920 policiers. A Barkhane, les effectifs engagés sont de 3 000 militaires, 200 véhicules logistiques, 200 blindés et 4 drones. Malgré ces effectifs, la situation sécuritaire se dégrade de jour en jour. Comme dit un adage malien : « l’aiguille que l’on cherche est sous les pieds de celui qui le cherche » Sory GUINDO Source : aBamako aBamako