CSREF de Korofina: le Dr Checkina TOUNKARA s’insurge contre les mauvaises pratiques…

3

La fidélité au serment d’Hippocrate se pose de plus en plus comme l’une des crises éthiques majeures dans la profession médicale au Mali. L’argent a pris de la surface sur tous les autres principes. Face à ce constat dramatique, le Dr Checkina TOUNKARA s’efforce à redonner  à la profession toute sa noblesse.     De par ses qualités exceptionnelles, Dr TOUNKARA aurait du être un repère dans son entourage. Chirurgien au CSREF de Korofina, il y dénonce sans ambages les pratiques  ignominieuses  qui vernissent la réputation  de certains responsables de la structure. Sans surprise, il devient leur proie à abattre.

Selon le Dr Tounkara,  M. Coulibaly, le médecin chef du CSREF de Korofina est au cœur d’un vaste réseau  mafieux qui agit sans foi ni loi. ‘’Tout ce qui les intéresse, est de se remplir les poches. Ils se fichent complètement de la vie des patients’’, regrette, celui qui assure disposer de preuves irréfutables de ces magouilles. « Obsédés par l’argent facile au lieu du travail bien fait, les médecins mafieux avec la complicité du Dr SANOGO imposent des sommes faramineuses aux patients en violation totale des règles de fonctionnement d’un  CSREF. Les montants volés contournent la caisse du centre et atterrissent tout droit dans leurs poches », revèle, Dr Tounkara. Par ailleurs, le chirurgien a énuméré une liste de patients dont la prise en charge douteuse a défrayé la chronique : Sekou KOUYATÉ,  Lassana SOW, Aissata CISSE, Sidi Mohamed DOUMBIA, Nierga DEMBELE, Awa BENGALY… des patients dont les  interventions chirurgicales, extrêmement couteuses, ont été bâclées. ‘’Pour se mettre à l’abri des autorités de la commune I du District de Bamako, le patron du réseau, Seydou Coulibaly a réussi à embarquer le maire dans leur navire de trahison qui tôt ou tard chavirera. Ce dernier (le maire) perçoit des ristournes qui ne sont normalement destinées qu’aux seuls travailleurs du Centre de Santé. Si c’est n’est pour payer son silence, pour quelles raisons un officier d’État Civil bénéficierait-il d’une telle largesse’’, s’est-il interrogé. Comme il est de nature que ceux qui font le mal veuillent y forcer ceux qui l’évite, le Dr TOUNKARA, s’estime être dans la gueule du loup à cause de son idéal, lequel idéal, lui rappelle constamment la fidélité à son serment de médecin. Malgré son courage et sa détermination, il dit compter sur les chefs de quartiers et les patients de la commune I afin  d’assainir le Centre de Santé et de Référence de Korofina. DOGNOUMÉ DIARRA Source : Maliweb Maliweb