Dietrich Becker, ambassadeur d’Allemagne au Mali, à propos du processus de paix : « Il est l’heure de sortir enfin d’une logique de violence et de guerre… »

17
Lors de sa rencontre hier, mardi 26 septembre 2017, avec la presse malienne, Dietrich Becker, l’ambassadeur d’Allemagne au Mali s’est réjoui de la signature d’un accord de cessez-le-feu entre la CMA et la Plateforme, deux groupes armés signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, qui s’affrontent régulièrement et très violemment dans le Nord du pays. Selon le diplomate allemand, cet accord témoigne de la volonté des deux parties à faire taire les armes et à travailler ensemble pour une paix durable. « Il est l’heure de sortir enfin d’une logique de violence et de guerre, une logique destructrice », a indiqué le représentant allemand au Mali. Pour lui, la décentralisation est la clé d’une paix durable au Mali. Hier mardi 26 septembre à la maison de la presse de Bamako, S.E. Dietrich Becker, l’ambassadeur d’Allemagne au Mali, a fait le point sur le partenariat entre le Mali et son pays. « Un partenariat renforcé et multiforme, tant dans la coopération au développement qu'en matière de sécurité. Le principe du partenariat est toujours essentiel : les besoins des soutiens sont identifiés conjointement avec le gouvernement malien et les interventions sont basées sur des stratégies nationales maliennes. Une vraie coopération entre partenaires, à laquelle doivent contribuer réellement les deux parties », a indiqué le diplomate allemand. « L’une des preuves du renforcement de la coopération entre l’Allemagne et le Mali, selon Dietrich Becker, c’est les visites de notre ministre des Affaires étrangères en avril et de notre ministre de la Défense en août 2017 ». Dietrich Becker ajoutera que les axes prioritaires de l’engagement de l’Allemagne au Mali sont : la décentralisation, l’agriculture et l’eau. « La coopération est au cœur de notre partenariat : plus de 100 projets et initiatives de la coopération allemande sont mis en œuvre avec un total de 430 millions d'euros de fonds. Il y a tout juste trois semaines, deux nouvelles conventions bilatérales ont été signées. » L’engagement allemand au Mali est orienté, selon le diplomate allemand, également vers le secteur de la sécurité. « l'Allemagne continue à participer depuis le début 2013 à la MINUSMA avec jusqu'à un millier de soldats allemands actuellement déployés à Gao et Bamako, et des dizaines de policiers dans le cadre d'UNPOL. Quatre hélicoptères de combat « Tigre » et quatre hélicoptères de transport « NH-90 » sont affectés à cette mission. 2017 marque malheureusement l'année au cours de laquelle les deux premiers soldats allemands sont morts pour le Mali et pour l'Allemagne pendant une opération dans le nord du Mali. » Une gestion efficace des ressources humaines pour relever les défis sécuritaires Selon Dietrich Becker, avec ses partenaires européens, l'Allemagne continuera à former des soldats maliens à Koulikoro et au nord du pays avec un dispositif de 150 soldats dans le cadre d'EUTM Mali. Un accent particulier a été mis, ajoute-t-il, sur l'opérationnalisation prochaine de la force conjointe du G5 Sahel et l'appui que l'Allemagne compte y apporter dans le cadre de l'initiative Sahel : « Ici, nous attendons toujours des projets crédibles et concrets. La réussite de la Force conjointe exige également des progrès dans la réforme du secteur de la sécurité, surtout en ce qui concerne la gestion des ressources humaines. Sans une gestion efficace des ressources humaines, les forces de sécurité ne peuvent pas répondre aux divers défis », a-t-il expliqué. C’est dans ce sens, note-t-il, que les partenaires européens (à savoir les missions EUCAP et EUTM) travaillent en étroite coordination avec leurs homologues au niveau ministériel et avec des forces de défense et de sécurité afin d'atteindre ces objectifs. Processus de paix au Mali : « il n’y a plus aucun prétexte pour trainer » Dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, l'ambassadeur de l’Allemagne au Mali a félicité les parties prenantes à l'accord de paix. « Je me réjouis de la signature d'un accord de cessez-le-feu. Cet accord témoigne de la volonté des deux parties à faire taire les armes et à travailler ensemble pour une paix durable. Il est l'heure de sortir enfin d'une logique de violence et de guerre, une logique destructive », a-t-il dit. Il indiquera que l'Allemagne attend le lancement du processus de Désarmement, Démobilisation et Réintégration qui a bénéficié aussi de l’aide allemande : « L'Allemagne a aidé la MINUSMA à préparer les infrastructures de ce processus de DDR. « Il n'y a plus aucun prétexte pour traîner », selon l'ambassadeur. Dietrich Becker reste convaincu que « la décentralisation est la clé d'une paix durable au Mali. » « Ensemble, nous œuvrons pour un Mali où chaque citoyen pourra exercer la responsabilité pour sa commune, son cercle, sa région. Cela exige que le gouvernement malien transfère réellement les compétences et des ressources financières du budget de l'État aux collectivités territoriales », a-t-il expliqué. Madiassa Kaba Diakité Source : aBamako aBamako