Donald Trump voulait “jeter Hillary Clinton en prison” pour quelque chose que sa fille et son gendre viennent de faire

18

Ivanka Trump et son mari ont utilisé des comptes emails personnels à la Maison Blanche. Un comportement “criminel”, selon Trump, quand il s’agissait de Hillary Clinton. ÉTATS-UNIS – Donald Trump l’a hurlé en meeting pendant des mois. Quand il était en campagne, le républicain n’a cessé d’appeler devant ses soutiens à “jeter Hillary Clintonen prison” pour avoir utilisé sa messagerie personnelle pour des communications officielles quand elle était Secrétaire d’État.

Ce lundi 25 septembre, plusieurs médias américains rapportent pourtant que cette pratique semble justement avoir été aussi observée par des membres de l’administration de Donald Trump depuis son arrivée au pouvoir le 20 janvier 2017.

Et pas par n’importe qui. Jared Kushner, gendre et haut conseiller du président américain, a utilisé sa messagerie personnelle pour communiquer avec d’autres responsables de l’exécutif, alors qu’il aurait dû se servir de la messagerie sécurisée de la Maison Blanche, a reconnu son avocat auprès de Politico.

Au moins six membres de l’administration concernés Même chose pour sa femme, Ivanka Trump. La fille du président elle-même s’est servie de ses emails personnels pour discuter de dossiers quand elle était conseillère non officielle de son père au cours des premiers mois de l’administration. Selon Newsweek, elle a continué d’agir de la sorte après avoir obtenu un poste officiel fin mars 2017.

Le New York Times rapporte que Steve Bannon, ancien plus haut conseiller du président, et Reince Priebus, qui occupait le poste-clé de chief of staffont eux aussi reçu ou envoyé des emails professionnels avec leur messagerie personnelle. Au moins deux autres conseillers ont fait de même, assure le quotidien. Rien ne suggère que ces courriels contenaient des informations confidentielles, ils n’ont pas été rendus publics, mais ces six membres de l’administration pourraient avoir enfreint le Presidential Records Act (PRA), qui exige que toute la correspondance -papier ou électronique- liée aux activités personnelles et politiques du président, soit archivée dans un souci de transparence. Il n’est pas illégal pour les employés de la Maison Blanche d’utiliser un compte email privé mais tous les messages professionnels doivent être envoyés systématiquement sur leur messagerie officielle pour être conservés. “Manoeuvres criminelles” Utiliser une adresse email et un serveur privé, et non le système gouvernemental sécurisé, est ce qui avait été reproché par Donald Trump à Hillary Clinton, pendant la campagne présidentielle de 2016. Le candidat républicain n’avait de cesse de réclamer son emprisonnement à cause de cette affaire de courriels. “On ne peut pas la laisser continuer ces manoeuvres criminelles à la Maison Blanche”, avait-il notamment lancé. “Lock her up!” (“jetez-la en prison!”, en français) était d’ailleurs devenu un véritable slogan pendant ses rassemblements et rappelait à la démocrate l’une des scènes les plus humiliantes de la série “Game of Thrones”, raconte-t-elle dans “What Happened”, son livre sur les coulisses de l’élection. Après une enquête, le FBI n’avait pas retenu de chefs d’accusation contre Hillary Clinton, mais avait noté que l’ancienne secrétaire d’Etat avait été “extrêmement imprudente” dans son traitement d’informations confidentielles en utilisant sa messagerie privée au département d’Etat. Pour la candidate, c’est ce dossier et l’implication à la dernière minute du FBI qui lui ont fait perdre l’élection. Par huffingtonpost.fr/  26/09/2017 04:06 Source : Maliweb Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here