Femmes et médias : 58 journalistes au service de la promotion du genre

12
A l’initiative de la Fondation Tuwindi, une soixantaine de journalistes et professionnels de la communication sont en conclave depuis mardi à l’hôtel Radisson Blu sur la représentativité des femmes et des couches défavorisées dans les médias. Durant trois jours, les participants seront outillés sur les textes et conventions signés pour la promotion du genre. Ils devront au terme de cette formation formuler des recommandations pour l’application effective des textes. Malgré les dynamiques, les efforts accomplis par le gouvernement notamment l’adoption d’une loi par l’Etat en faveur du genre au Mali, le paysage médiatique se caractérise par une faible représentativité des femmes et des couches défavorisées. Cette réalité est particulièrement accentuée dans les instances de prise de décision où les femmes représentent moins de 18 %, selon la Fondation Tuwindi. Le domaine de l’information et de la communication ne fait pas exception. Il est caractérisé par un faible accès des femmes aux postes de prise de décision, une faible rémunération et reconnaissance professionnelle et une limitation dans leurs capacités d’intervention. “Or les médias sont les mieux placés pour promouvoir le genre. Malheureusement, très peu d’organes ont intégré une dimension genre dans leur politique éditoriale et dans leur pratique…” Pourtant, la prise en compte du genre dans le monde des médias offre l’opportunité d’une participation des femmes, des jeunes et des personnes handicapées dans la diffusion de l’information, dans la sensibilisation afin d’alléger le poids des pesanteurs socioculturelles et rééquilibrer les chances entre tous les sexes et toutes les couches. “Les émissions de débat sont fortement dominées par les hommes. Sur la chaîne nationale, les femmes sont souvent cantonnées à présenter le journal en alternance avec des hommes et animer des émissions exclusivement distractives. Il existe très peu de place dédiée aux femmes ou aux sujets axés sur l’équité genre dans les médias au Mali. C’est pourquoi Tuwindi s’est proposée de faire face à ce défi en conduisant un projet de monitorage de la représentation et représentativité du genre dans les médias au Mali”, indique l’étude réalisée. Pour la réalisation de ce projet, Tuwindi a recruté 58 moniteurs qui seront déployés dans toutes les capitales régionales du Mali et le district de Bamako. Ayant des profils différents, ces 58 moniteurs ont à leur actif des expériences dans le domaine de l’enquête et une certaine connaissance dans le traitement de l’information, mais leur capacité sur la perception de la question genre dans les médias mérite d’être renforcée, d’où la présente formation. “L’objectif est d’amener les moniteurs à mieux appréhender la question du genre et média afin de maîtriser la question du genre et média”, selon la Fondation. Bréhima Sogoba Source : aBamako aBamako