Mali : l’ONU réclame une enquête rapide sur l’attaque ayant tué trois Casques bleus

4
Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné lundi soir dans les termes les plus forts l'attaque contre un convoi de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) par des assaillants inconnus dans la région de Gao, le 24 septembre, qui a causé la mort de trois soldats de la paix bangladais et blessé quatre autres. Dans une déclaration à la presse, les membres du Conseil ont exprimé leurs plus sincères condoléances et leurs sympathies aux familles des victimes, ainsi qu'au gouvernement du Bangladesh et à la MINUSMA. Ils ont souhaité un rétablissement rapide et complet à ceux qui ont été blessés. Ils ont rendu hommage aux soldats de la paix qui risquent leur vie. Le Conseil de sécurité a demandé au gouvernement du Mali d'enquêter rapidement sur cette attaque et de traduire les auteurs en justice et a souligné que les attaques ciblant les forces de maintien de la paix peuvent constituer des crimes de guerre en vertu du droit international. Il a ajouté que la participation à des attaques contre les Casques bleus de la MINUSMA constitue une base pour des sanctions par le Conseil de sécurité. Le Conseil de sécurité s'est dit préoccupé par la situation sécuritaire au Mali et la dimension transnationale de la menace terroriste dans la région du Sahel. Il a exhorté les parties maliennes à mettre pleinement en œuvre l'Accord de paix sans plus tarder. Il a noté que ''la mise en œuvre intégrale de l'Accord et l'intensification des efforts visant à surmonter les menaces asymétriques peuvent contribuer à améliorer la situation sécuritaire au Mali''. Il a souligné que les efforts de la Force conjointe du G5 Sahel pour contrer les activités des groupes terroristes et d'autres groupes criminels organisés contribueront à créer un environnement plus sûr dans la région du Sahel. Les membres du Conseil de sécurité ont en outre souligné combien il est important que la MINUSMA dispose des capacités nécessaires pour s'acquitter de son mandat et promouvoir la sécurité des forces de maintien de la paix des Nations Unies. Source : aBamako aBamako