MEDIA ET PAIX: L’AJPV engage la réflexion

8
L’Association des journalistes pour la paix et la non violence (AJPV), en partenariat avec le Programme de la gestion non violente des confits (Genovico), a organisé le 21 septembre 2017 au Centre Djoliba, une conférence-débat sur le thème : "La nécessité d’avoir une presse professionnelle au Mali". La rencontre animée par l’expert en communication, Sadou Yattara, entrait dans le cadre de la journée internationale de la paix célébrée chaque 21 septembre. Le conférencier a rappelé que durant la décennie 1990-2000, la presse malienne a connu un boom sans précédent. "C’est le résultat de la libéralisation du secteur toujours en mouvement du reste au point qu’aujourd’hui le paysage médiatique national passe pour être l’un des plus riches quantitativement en Afrique",a-t-il dit. M. Yattara a relevé que les médias maliens participent activement à l’animation de la vie publique nationale hier comme aujourd’hui, dans des conditions souvent difficiles jusqu’à entacher l’indépendance éditoriale, la responsabilité sociale quant à la collecte, le traitement, la production et la diffusion de l’information. "En raison des défis auxquels le secteur médiatique est confronté pas seulement chez nous, mais au plan international, un ensemble de principes s’imposent pour exister professionnellement. Il s’agit de la gouvernance, de l’imputabilité, de la transparence et la confiance", a-t-i souligné. Et d’expliquer que la gouvernance s’engage à fonder ces comportements sur les normes les pus élevées de la gouvernance d’entreprise. Le conférencier a précisé que l’émergence des médias libres au Mali a mis fin au monopole exclusif d’Etat. "Si le Mali a gagné la bataille du nombre, il lui reste à conquérir celle du professionnalisme, de la qualité", a-t-il indiqué. Le président de l’AJPV, Alassane Maiga, dira que son association a été créée en 2007 pour contribuer à la prévention, la gestion et la résolution non violente des conflits au Mali et en Afrique. Elle a pour objectifs de promouvoir la paix, de développer une expertise pour la culture de la paix et de la démocratie, de sensibiliser, former et informer sur la problématique de la paix. L’AJPV a organisé aussi des sessions de séminaires, stages, colloques, conférences-débats et regroupe une trentaine de journalistes de la presse et de la radio. Pour le représentant du programme Genovico, Aimée Rodrigue Dembélé, son programme est sous-régional et couvre trois volets. Cheick Hassane Source : aBamako aBamako