Ministère du travail, de la fonction publique, charge des relations avec les institutions. Conférence de presse sur le processus d’organisation des concours directs de recrutements dans la fonction publique de l’Etat.

0
Cette année, il y’aura au total 814 places à pourvoir, tous les domaines et toutes les catégories confondues (A, B2, B1 et C). La réception des dossiers de candidature a commencé le lundi 18 septembre 2017, prendra fin le mardi 17 octobre 2017 à 16 heures. Les épreuves se dérouleront les 4, 5, 11 et 12 novembre prochain à Bamako et dans les centres régionaux de Kayes, Sikasso, Ségou, Mopti, et Gao. Ces précisions ont été données par Mme le ministre du Travail, de la Fonction publique, chargé des relations avec les institutions, à la faveur de la conférence de presse qu’elle a animée hier mardi 26 septembre 2017 à son département. Bourse au Japon En prélude à l’organisation de l’édition 2017 des concours directs de recrutement à la fonction publique de l’Etat, le ministre en charge du Travail et de la Fonction publique Diarra Raki Talla a bien voulu livré à la presse des informations exactes sur le processus. L’objectif essentiel du recrutement au niveau de la fonction publique de l’Etat, est de pourvoir aux vacances d’emploi dans les services publics, donc de répondre aux besoins en personnel de l’Administration pour son bon fonctionnement. Le recrutement dans la fonction publique de l’Etat est régi par les dispositions de la loi N°02-053 du 16 décembre 2002, modifié, portant statut général des fonctionnaires et de ses textes d’application. Il se fait par voie de concours directs, s’inscrit dans la ligne d’un principe constant de la Fonction publique d’Etat malien, qui permet la sélection des meilleurs, en tenant compte des besoins des services de l’Administration et des moyens de l’Etat. Il se passe par les étapes suivantes : la détermination des emplois à, pourvoir, l’organisation des concours, la nomination par arrêté des candidats retenus. Cette année, un accent particulier a été mis sur l’organisation, aux dires du ministre, pour que règne la transparence, toute chose qui est une exigence du président de la république, Ibrahim Boubacar Keita, depuis son arrivée au pouvoir. Et conformément aux promesses de campagne du président de la république d’offrir à la jeunesse malienne 200 000 emplois pendant son quinquennat, les concours directs de recrutements dans la fonction publique d’Etat se sont régulièrement déroulés de 2014 à 2016, avec un accent particulier sur les secteurs de la santé et du développement rural. Ainsi selon le ministre, il a été recruté au titre des concours de la fonction publique d’Etat au total, 3 217 fonctionnaires, dont : 1036 en 2014, parmi lesquels nous avons 673 hommes, 363 femmes. 1 095 en 2015, parmi lesquels, 758 hommes, 337 femmes, et enfin en 2016, 1 086 fonctionnaires recrutés, avec 750 hommes, et 336 femmes. L’engagement du chef de l’Etat, à assurer un bon travail pour chaque citoyen malien, est plus qu’une réalité. Et les recrutements se poursuivront, jusqu’à ce que le maximum de jeunes ait un emploi. Parlant toujours des recrutement, elle a ajouré que les emplois à pourvoir par voie de concours directs s’obtiennent par l’analyse des besoins exprimés par les différents départements ministériels, des données statistiques de la Direction nationale de la fonction publique, et du personnel (effectifs des fonctionnaires en activité, des cas de sortie, c’est-à-dire la retraite, le licenciement, la démission, le décès, et autres cas dans les différents corps), des inscriptions budgétaires et les orientations en rapport avec la mise en œuvre des politiques de développement du pays. Diarra Raki Talla souligne que les besoins exprimés par les départements ministériels, donnent on seulement le nombre d’emplois à pourvoir, mais aussi et surtout la catégorie et le profil d’agents à recruter. Elle affirme que le ministère du Travail ne détermine en aucun cas, le nombre de postes, ni de catégories, ni de spécialités dans les recrutements, comme le pensent beaucoup. Il faut noter que dans l’organisation de l’exercice 2017 des concours directs de recrutement dans la fonction publique d’Etat, les besoins exprimés par certains départements ministériels sont de 2 852, dont : 1 094 cadres de la catégorie A, soit 38, 36% des besoins exprimés ; 955 cadres de la catégorie B2, soit 33, 49% des besoins exprimés ; 240 cadres de la catégories B1, soit 08, 41% des besoins exprimés ; 563 cadres de la catégorie C, soit 19, 74% des besoins exprimés. Dans ces chiffres sont inclus des corps dont le recrutement ne relève pas du centre national des concours de la fonction publique (corps réservés à l’Ecole Nationale d’Administration (73), les magistrats (4), les enseignants au nombre de 19. De l’examen des données de la direction nationale de la fonction publique et du personnel (DNFPP), il ressort les constats suivants : L’effectif actuel des fonctionnaires en activité au Mali est de 41 911, dont 14 758 femmes, reparti entre : – La catégorie A, 15 707 agents, soit 37, 48% des effectifs existants – La catégorie B2, 13 102 agents, soit 31, 26% des effectifs existants – La catégorie B1, 6 348 agents, soit 15, 15% des effectifs existants – La catégorie C, 6 754 agents, soit 16, 11% des effectifs existants Signalons enfin que l’édition 2017 des concours directs de recrutement dans la fonction publique de l’Etat se déroulera entre les 4, 5, 11 et 12 novembre 2017, à Bamako et dan les centres régionaux de Kayes, Sikasso, Ségou, Mopti et Gao. La réception des dossiers de candidature a ouvert le lundi 18 septembre 2017, et ce jusqu’au 17 octobre 2017 à 16 heures. Conformément à l’instruction du président de la république, Ibrahim Boubacar Keita, de mettre la transparence au cœur de toutes les affaires de l’Etat, l’organisation se passe bien au niveau du département en charge de la question, et tout se passera dans la plus grande des transparences. Ibrahim Kalil TOGOLA Source : aBamako aBamako