Deux employés de Qnet accusés d’escroquerie

6
A.S. et A.O. sont tous des employés de Qnet à Bobo-Dioulasso, le premier étant «indépendant et représentant de la boîte» et le second, son collaborateur. Ils ont été traînés à la barre le 8 septembre 2017, à la suite d’une plainte portée contre eux par L.O. qui les accuse de lui avoir escroqué 500 000 F CFA. C’est une offre «alléchante» qui aurait été faite au plaignant, selon ses allégations, par son ami A.O., et qui l’aurait entraîné dans cette affaire où il laissera ses plumes, c’est-à-dire les 500 000 F CFA. «L’accusé a dit avoir été informé qu’une entreprise minière serait à la recherche d’employés, et que pour le recrutement, il faut verser 500 000 F CFA», a déclaré le procureur, lisant le rapport de l’enquête préliminaire. L.O. aurait même affirmé, toujours selon le même rapport d’enquête, que l’assurance lui a été donnée par A.O. que «c’est un travail qui vaut mieux que les emplois des sociétés minières». Interrogés, les accusés ont reconnu certes avoir encaissé ladite somme, mais ont nié les circonstances telles que racontées par la partie civile. «Nous l’avons prévenu que l’argent une fois versé, n’est plus remboursable, car c’est un commerce en ligne. Et il nous a donné son accord», ont-ils soutenu. A.S. a même détaillé que chaque produit vendu lui rapportait une commission correspondant à 5% du prix du produit. Ainsi en 6 mois d’expérience à Qnet, il a affirmé avoir eu pas moins de 2000 dollars américains, soit environ un million de F CFA. Pour le procureur, Qnet n’est qu’un système pyramidal qui profite à ceux qui sont au sommet. Il a donc proposé de les reconnaitre coupables et de les condamner chacun à 12 mois de prison ferme. Selon la défense, les faits ne peuvent pas être retenus contre ses clients, parce qu’il n’y a pas d’intention coupable, pourtant nécessaire pour caractériser tout fait d’escroquerie. Le Tribunal, a pour finir, décidé de relaxer les deux accusés au bénéfice du doute, en l’absence de la victime lors du procès. Alpha Sékou BARRY Source : aBamako aBamako