L’ambassadeur Allemand Dietrich Becker face à la presse : « Le Mali est une priorité du gouvernement fédéral en Afrique »

21
Le mardi 26 septembre denier, l’ambassadeur d’Allemagne au Mali, Dietrich Becker a animé une conférence de presse sur le partenariat Mali- Allemagne, à la Maison de la presse. Selon lui, le Mali est une priorité au plan sécuritaire pour le gouvernement fédéral allemand. Dans son allocution, le diplomate allemand, Dietrich Becker a déclaré qu’entre le Mali et l’Allemagne, il existe un partenariat renforcé et multiforme, tant dans le secteur du développement que dans le domaine sécuritaire. Selon lui, le principe du partenariat est toujours essentiel. Les besoins de soutien, dit-il, sont identifiés conjointement avec le gouvernement malien et les interventions sont basées sur des stratégies nationales maliennes. Il a également indiqué que les visites du ministre des Affaires étrangères allemand au Mali en avril et celle du ministre de la Défense en août 2017, témoignent à suffisance l’importance que l’Allemagne accorde au Mali. A l’en croire plus de 100 projets et initiatives de la coopération allemande sont mis en œuvre au Mali pour un coût total de 430 millions d’euros. « Il y a tout juste trois semaines, deux nouvelles conventions bilatérales ont été signées. L’Allemagne a bien élargi son engagement au Mali, mais trois axes principaux axes sont maintenus : la décentralisation, l’agriculture et l’eau. Les projets de la coopération allemande sont mis en œuvre par de nombreux acteurs, comme par exemple la Welthungerhilfe, la Confédération allemande pour l’éducation des adultes, la GIZ, la KFW, BORDA et ArcheNova ou encore les organisations Care International, Plan International et Caritas International », a t- il précisé. A ses dires les engagements de l’Allemagne sont aussi orientés vers le secteur de la sécurité. L’Allemagne, dit-il continue à participer depuis début 2013 à la MINUSMA avec un contingent de près d’un millier de soldats déployés à Gao et Bamako, et des dizaines de policiers dans le cadre d’UNPOL. Quatre hélicoptères de combat « Tigre » et quatre hélicoptères de transport « NH-90 » sont affectés à cette mission. A cet effet, il a rappelé que deux soldats allemands sont morts au Mali en 2017. Avant de donner l’assurance qu’avec les autres partenaires européens, l’Allemagne continuera à former des soldats maliens à Koulikoro et au nord du pays avec un dispositif de 150 soldats dans le cadre de l’EUTM -Mali, et de l’EUCAP Sahel Mali, la mission de formation civile de l’Union européenne. L’ambassadeur allemand a par ailleurs, salué la signature d’un accord de cessez-le-feu entre les groupes signataires de l’accord de paix et de réconciliation. Selon lui, cet accord témoigne la volonté des deux parties à faire taire les armes et à travailler ensemble pour une paix durable. « Il est l’heure de sortir enfin d’une logique de violence et de guerre, une logique destructive », a-t-il dit. « Il n’y a plus aucun prétexte pour trainer », a déclaré l’ambassadeur. Qui estime que la décentralisation est la clé d’une paix durable au Mali. « Ensemble, nous œuvrons pour un Mali où chaque citoyen pourra exercer la responsabilité pour sa commune, son cercle, sa région. Cela exige que le gouvernement malien transfère réellement les compétences et des ressources financières du budget de l’Etat aux collectivités territoriales », a-t-il déclaré. S’agissant de l’hostilité de l’opinion à la présence des casques bleus, il a déclaré que « si la MINUSMA se retire du nord du Mali, ce sera le chaos ». Car pour lui, les casques bleus jouent un rôle très important dans la stabilisation du pays. Aoua Traoré Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here