Mali : hommage solennel aux trois Casques bleus du Bangladesh tués dans la région de Gao

3
Ce matin à la base opérationnelle de la MINUSMA à Bamako, un dernier hommage a été rendu aux trois Casques bleus du Bangladesh tués le 24 septembre, lors d’une attaque à la mine ou engin explosif dans la région de Gao. « Ils sont morts ensemble pour la paix », disait ce 27 septembre, le général de division Jean-Paul Deconinck, dans l’ultime hommage rendu aux trois vaillants soldats du Bangladesh tués alors qu’ils escortaient un convoi de la Mission onusienne sur l’axe Gao-Anéfis. Tout en exprimant ses condoléances les plus attristées au gouvernement et aux proches des Casques bleus morts sur le champ de bataille, le commandant de la Force de la MINUSMA a réaffirmé sa détermination à mettre en œuvre son mandat pour la paix et la sécurité, en appui à l’Etat malien. « Aucun mot ne peut apaiser la douleur et l’incompréhension éprouvées par les familles de ces soldats qui sont tombés pour la paix. Nos actions doivent parler plus forts que n’importe quel discours. Nous n’abandonnerons pas et nous sommes aux côtés de nos frères Bangladais en ces moments douloureux », a-t-il solennellement ajouté, après avoir décoré de la médaille des Nations Unies, à titre posthume, le Sergent Hossen Mohamed Altaf, le Caporal Srakir Jakirul Alam et le Soldat Hossain Mohamed Monowar, tous les trois déployés au sein de la MINUSMA à la fin du mois de mai 2017. Pour sa part, le Chef d’Etat-major général adjoint des Forces armées du Mali, le général Abdoulaye Coulibaly, présent à la cérémonie parmi d’autres officiels dont des autorités maliennes civiles et militaires, des représentants des forces internationales œuvrant au Mali et d’une haute délégation du Bangladesh, a honoré les trois Casques bleus décédés de la Croix de la valeur militaire à titre posthume et étranger, au nom du Président de la République du Mali. Continuer pour que leur sacrifice ne soit pas vain Deux jours plutôt, soit le 25 septembre à Gao, se tenait un service funèbre célébré par le maître religieux Zakir Hossaen du 4ème contingent bangladais. Y ont assisté le commandant du même contingent, le Colonel Tariq, le Chef de Bureau par intérim de la Mission onusienne, Emile Bacop Tchaptile, des représentants de la 1ère région militaire, de la Force Barkhane et ceux du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC). Le Commandant Régional de la Police onusienne (UNPOL), le Commandant adjoint du Secteur-Est de la MINUSMA et tous les commandants des différents contingents ont aussi rendu un dernier hommage à leurs camarades d’armes tués sur l’axe Anéfis-Gao. En signe de fraternité, le Colonel A. Didier de la Force Barkhane a fait le déplacement pour soutenir, dit-il « mes camarades de la MINUSMA qui viennent de subir une lourde perte. C’est un lourd tribut payé par la Mission onusienne et par mes camarades du Bangladesh. Je tiens à les rassurer de mon amitié et de mon soutien ». De son côté, le Colonel Y. Sanogo, commandant de la 1ère région militaire du Mali s’est dit : « Profondément attristé aujourd’hui de la mort au combat de nos camarades Casques bleus du Bangladesh. Au nom du Secteur 1, des autorités militaires maliennes et au mien propre, je présente mes condoléances les plus attristées à la MINUSMA. Ce crime est abominable. Quelle lâcheté que de surprendre les combattants de la paix avec des engins explosifs ! Nous réaffirmons notre profonde gratitude à la MINUSMA ». « Il est grand temps que les parties signataires s’unissent pour isoler les groupes terroristes » C’est suite au départ de leur dernier lieu d’affectation militaire que le Représentant spécial adjoint aux affaires politiques de la MINUSMA, M. Davidse Koen, s’est incliné, lors de la cérémonie à Bamako, devant les trois dépouilles mortelles pour saluer le courage, l’abnégation dont font preuve les Casques bleus qui ont quitté leurs familles à des milliers de kilomètres pour s’engager à la noble cause du maintien de la paix. « Ils ont porté leur engagement jusqu’au bout au service de la paix,à un moment où les mouvements signataires ont décidé de faire taire les armes, pour entamer un dialogue, qui nous l’espérons aboutira à une mise en œuvre accélérée de l’Accord de Paix », a déclaré M. Koen, en saluant la mémoire des trois militaires Bangladais ayant perdu la vie lors d’une énième attaque lâche et abjecte qu’il a dénoncée dans un communiqué publié le jour de ces malheureux évènements. Dans ses propos liminaires, le Commandant de la Force onusienne a aussi attiré l’attention sur la détermination de « l’ennemi de la paix à faire tout ce qui est en son pouvoir pour laisser le Mali dans une crise permanente, où l'Etat ne peut pas soutenir les plus faibles, où la justice ne peut pas protéger les légitimes, où les soldats ne peuvent assurer une sécurité suffisante. Son objectif est d'entraver toute initiative qui aide le Mali à sortir de cette crise ». Le Chef par intérim de la Mission onusienne au Mali a ainsi appelé les groupes signataires de l’Accord de paix à faire front contre les groupes terroristes, tout en réitérant l’engagement de la MINUSMA à poursuivre son appui au peuple malien dans la quête de la paix. « Il est grand temps que les parties signataires s’unissent pour isoler les groupes terroristes et toutes autres entités, de manière à déjouer leur détermination à saper le processus de paix et de réconciliation en cours », a-t-il martelé. Avant de conclure son allocution, M. Koen a particulièrement adressé ses sympathies aux veuves et enfants des éternels soldats de la paix, et manifesté la solidarité de l’ensemble de la MINUSMA au reste du contingent du Bangladesh ainsi qu’à leur gouvernement. Après la sonnerie aux morts, l’assistance, composée également de plusieurs membres du personnel onusien travaillant dans les différentes composantes de la police, militaire et civile, a pour une dernière fois salué le départ de feu leurs collègues pour leur terre natale afin qu’ils se reposent en paix. Source : Minusma Source : aBamako aBamako