Me Kassoum Tapo, ministre des Droits de l’Homme et de la Réforme de l’Etat : « Le rapport de Human Rights Watch n’est pas objectif »

13
Après la publication du rapport de Human Rights Watch qui accuse les Forces Armées Maliennes de violation des droits humains dans certaines localités du pays, le ministre des Droits de l’Homme et de la Réforme de l’Etat, Me KassoumTapo, a effectué une visite de terrain de trois jours pour s’imprégner de la réalité des faits. A cet effet, il était face à la presse le 26 septembre dernier dans la salle de conférences de son département. Le ministre des Droits de l’Homme et de la Réforme de l’Etat, Me KassoumTapo, était face à la presse le 26 septembre dernier dans la salle de conférences de son département pour restituer aux hommes de média, la mission qu’il a effectuée dans la région de Mopti, classée comme zone rouge par la MINUSMA. A en croire le ministre Tapo, les localités mises en cause par le rapport,ont été visitées par la délégation ministérielle. Il s’agit des localités de Douentza, Sévaré, Bandiagara et la ville de Mopti. A chacune de ces étapes, il dit s’être rendu dans les commissariats de police, les maisons d’arrêt et les brigades de gendarmerie où il a pu faire l’état des lieux. Ensuite, le ministre des Droits de l’Homme et sa délégation ont eu un entretien très sérieux avec les autorités coutumières et religieuses des localités indexées par le rapport, qui lui ont clairement expliqué la situation des droits de l’homme dans leurs localités respectives. Selon MeTapo, au cours des entretiens, les chefs militaires, religieux et coutumiers ont affirmé qu’ils n’ont jamais vu d’enquêteurs dans leurs localités respectives. Ce qui prouve que le rapport de HumanRights Watch n’est pas objectif. « Le gouvernement du Mali ne tolèrera pas des attaques sans fondements, accusant l’armée malienne et qui ne confortent pas le moral des troupes sur le terrain », a martelé Me Tapo. Selon les témoignages rapportés par la délégation du ministre Tapo, il n’y a pas eu d’exactions commises par les forces de sécurité comme le prétend le rapport, encore moins de découverte de charnier. Par ailleurs, le rapport indique qu’il y a eu également des exactions contre l’armée malienne dans les localités visitées par le ministre en charge des Droits de l’Homme, mais elles feront l’objet d’un autre rapport. Adama DAO Source : aBamako aBamako