Modibo Mao Makalou, Coordinateur de l’unité PPP du gouvernement du Mali : « Le Partenariat Public Privé permet d’optimiser les ressources publiques… »

12
L’unité Partenariat Public-Privé du gouvernement du Mali, à travers son coordinateur, Modibo Mao Makalou a eu à faire une présentation le mercredi 20 septembre 2017, sur le Partenariat Public-Privé, lors des journées portes ouvertes du Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA), organisée au parc national du Mali dans le cadre de son 20ème anniversaire. Le Partenariat Public-Privé (PPP), un outil de stimulation de la croissance et de l’emploi selon le coordinateur. Dans sa présentation, le coordinateur a d’abord dégagé le contexte de l’économie malienne, édifié l’assistance sur la définition de ce que c’est le partenariat Public Privé (PPP), les modalités de ce partenariat, le cadre juridique et institutionnel ainsi que les avantages que cet outil présente. Soulignant la nécessité de créer une croissance forte, car c’est l’activité économique qui créée de l’emploi et que le socle du développement économique se trouve au niveau du capital humain, mais aussi au niveau des infrastructures. Selon lui, le défi majeur aujourd’hui c’est comment améliorer la productivité et la compétitivité de notre économie. Par rapport aux dépenses publiques, selon lui, il est essentiel que nous investissions dans le capital physique et financier. Il est revenue sur le besoin des emplois à haute productivité, avant d’ajouter que cela va nécessiter des reformes conjoncturelles et institutionnelles et qu’en ce moment il va falloir que les politiques publiques et le secteur privés s’adaptent du fait qu’il y aura un changement de paradigme. Au dire du présentateur, la stabilité et la paix sont des éléments essentiels, mais aussi les compétences et les ressources humaines bien formées qui peuvent permettre la transformation structurelle. En ce qui concerne le Partenariat Public Privé, il a fait savoir que la Banque Mondiale le définit comme un arrangement contractuel à long terme entre une entité publique et une ou plusieurs entités privées. Selon lui, cet arrangement qui est à terme permet de fournir un bien, un ouvrage ou un service public et dans le cadre duquel la partie privée assume une part importante du risque et des responsabilités de gestion. Plus loin, il a souligné que c’est essentiellement ce que les plus hautes autorités du Mali ont décidé de mettre en œuvre, qui est ce mécanisme d’outil d’optimisation de la dépense publique. Ainsi, le coordinateur a expliqué que le Partenariat Public Privé s’inscrit dans la durée et que le plus important c’est d’identifier les risques. Du fait que l’objectif à point et à long terme est d’obtenir un contrant équilibré gagnant-gagnant entre la partie publique et privée. A titre d’exemple, il a fait savoir que l’énergie du Mali, la somagep, le parc national et le chemin de fer sont des partenariats publics privés. Selon lui, il s’agit essentiellement de minimiser les risques et que chaque partie puisse porter le risque qu’elle est capable d’assumer. Pour le coordinateur, la rémunération de la partie privée est assurée par deux modes. D’abord, quand c’est l’Etat qui paye, c’est un PPP à payement public tel que dans le secteur de l’éducation. En ce qui concerne le second PPP, il dira que c’est un payement par les usagers, par exemple le péage au niveau des autoroutes. Cependant, il a souligné qu’il peut y avoir un PPP à payement mixte dont l’Etat peut subventionner. Par rapport au cadre juridique, il a expliqué qu’il ya le décret déterminant des modalités d’application sur la loi relative au PPP qui a été signé le 9 février en même temps que le décret portant création de l’unité de Partenariat Public Privé. Aussi, il a déclaré que la loi a été promulguée par le Président de la République en fin décembre 2016. En outre, Modibo Mao Makalou indique que ce que le PPP permet d’optimiser les ressources publiques, que ce soit les dépenses ou les recettes. Aussi, il ajouté que c’est un mode de financement, de mobilisation de ressource techniques et financières. « C’est un outil juridique, économique. C’est un mode de passation de la commande publique », a-t-il indiqué. Parlant de l’unité en tant que telle, il souligné qu’ils sont là pour appuyer les autorités contractantes en termes d’expertises du fait qu’ils sont un organe d’experts du gouvernement. Selon lui, la fonction de l’unité, c’est d’assurer la fonction d’évaluation et d’expertise de tout le processus de mise en œuvre des PPP. En ce sens, il a précisé que les autorités contractantes sont l’Etat et ses démembrements qui peuvent saisir l’unité de Partenariat Public Privé, mais aussi les ministères sectoriels, les collectivités, des établissements publics à caractère administrative et industriels, les organismes de droit public ou privé, les entreprise publiques etc. Ainsi, pour le coordinateur dans le désir de moderniser les infrastructures et équipements publics, les PPP sont un outil formidable. Enfin de sa présentation, le coordinateur de l’unité a insisté sur la formation des compétences et la transformation structurelle de l’économie. Ousmane Baba Dramé Source : aBamako aBamako