Conseil d’administration de l’Energie du Mali (EDM-SA) : Un déficit de 26 milliards FCFA enregistré en 2016 Cap sur le renforcement de la gestion commerciale et de la lutte contre la fraude

8
La société Energie du Mali (Edm-sa) a enregistré un déficit de 26 milliards de Fcfa lors de l’exercice 2016 contre 13 milliards de nos francs en 2015. C’est ce qui ressort des travaux du Conseil d’administration de la société, tenu le 18 septembre dernier. Face à cette situation, Edm-sa entend poursuivre des efforts en matière de gestion financière et comptable et de renforcement de la gestion commerciale ainsi que la lutte contre la fraude. La société Energie du Mali (Edm-sa) vient de tenir son Conseil d’administration dont l’ordre du jour portait sur l’examen et l’arrêté des états financiers au titre l’exercice clos le 31 décembre 2016. En plus du président du Conseil d’administration, Ibrahim Bocar Dagamaïssa, on notait la présence du directeur général de l’Edm-sa, Dramane Coulibaly, et les administrateurs. Cette présente session, dira Ibrahim Bocar Dagamaïssa, se tient dans un contexte caractérisé par l’instauration effective de la paix, la relance économique et le retour des principaux bailleurs de fonds. “C’est dans ce contexte qu’Edm-sa a poursuivi sa mission de service public en matière de production, de transport et de distribution d’électricité, avec la continuation de la mise en œuvre du plan de redressement adopté par le Conseil des ministres” précisera-t-il. S’agissant du compte de résultat, le président du Conseil d’administration dira que ” les produits sont passés de 187 milliards Fcfa au 31 décembre 2015 à 197 milliards Fcfa au 31 décembre 2016, soit une hausse de 5,3%. Les charges s’élèvent en 2016 à 223 milliards Fcfa contre 200 milliards Fcfa au 31 décembre 2015, soit une augmentation de 11,5%”. Parlant du résultat net, il faut préciser que la société Edm-sa a enregistré un déficit de 26 milliards Fcfa au cours de l’exercice 2016 contre 13 milliards Fcfa en 2015. Compte tenu de ce résultat, la Société entend poursuivre des efforts en matière de gestion financière et comptable, de renforcement de la gestion commerciale, mais surtout de la lutte contre la fraude. Sans oublier la poursuite de l’important chantier de réduction des pertes techniques. En ce concerne les perspectives, aux dires d’Ibrahim Bocar Dagamaïssa, “elles demeurent préoccupantes en l’absence de mesures permettant de faire face aux dépenses d’exploitation de plus en plus croissantes au regard de la progression de la demande. Toutefois, il est attendu une amélioration de l’exploitation et de la situation nette avec la mise en œuvre de projets structurants dont plusieurs sont en phase d’implémentation. Il s’agit des projets d’approvisionnement en énergie électrique avec des coûts de revient moins onéreux. Néanmoins, je tiens à le souligner que tout retard dans l’exécution de ces projets détériorera de manière durable la situation de l’entreprise “. Parmi ces projets figurent celui de l’interconnexion avec le Ghana via le Burkina Faso prévu pour 2019 dans le cadre du réseau Wapp, le projet d’interconnexion avec la Guinée prévu pour 2020 toujours dans le cadre du réseau Wapp. Sans oublier le projet d’aménagement hydroélectrique de Kénié reprogrammé pour 2018 et de Gouina. L’électrification de plusieurs villes demeure l’une des priorités du gouvernement. C’est pourquoi, la société Energie du Mali est à pied d’œuvre pour réaliser ce vœu. “Malgré ce contexte difficile, Edm-sa a poursuivi sous l’impulsion du ministre de l’Energie et de l’Eau son effort d’électrification du pays. Ainsi, le nombre de localités urbaines et périurbaines électrifié est passé de 53 en 2015 à 62 en 2016. D’ici le 31 décembre de l’exercice en cours, Edm-sa aura électrifié 69 localités et ce nombre devrait être de 75 au moins à l’horizon de 2018 “ dira-t-il. En 2016, la production d’électricité a été de 1905 GWh, soit +11,29% par rapport à 2015 avec 1712 GWh dont 1768 GWh pour le réseau interconnecté et 137 GWh pour les centres isolés. Selon Ibrahim Bocar Dagamaïssa, la croissance de la production devrait se maintenir à plus de 10% par an, voire atteindre 15%. S’agissant du nombre d’abonnés, il est passé de 400 690 en 2015 à 462 761 en 2016, soit une hausse de 15,5%. Il s’agit de 213 958 d’abonnés au réseau Basse tension (BT) conventionnel, 246 738 en Basse tension (BT) prépayés et 2 065 d’abonnés en Moyenne tension (MT). A B. HAÏDARA Source : aBamako aBamako