Les piques du Pr Younouss Hameye Dicko à l’opposition malienne : ” L’opposition n’a pas le monopole de l’honnêteté et des valeurs d’équité “

13
Dans le cadre de ses activités de communication sur les quatre ans d’exercice du pouvoir du président IBK, la Convention des partis politiques de la majorité présidentielle (Cmp) a organisé, le samedi 23 septembre, à la Maison de la presse, une conférence de presse pour partager avec les journalistes les différentes réalisations de la gouvernance actuelle de notre pays. La conférence était animée par le vice-président de la Cmp, Mamadou Kassa Traoré (Miria). Pour la circonstance, il était entouré du président du Rds, Pr Younouss Hameye Dicko, du président de l’Um-Rda, Ibrahim Bocar Ba, de la présidente du Redd, Sidibé Aminata Diallo, du représentant de l’Adema/Pasj, Assarid Ag Ambarkawane, des représentants du Rpm, Boubacar Touré dit Bou et Boubacar Dicko. Le vice-président de la Cmp a rappelé la situation difficile dans laquelle se trouvait notre pays en 2013, caractérisée par une crise politique institutionnelle et sécuritaire sans précédent, l’effondrement de l’économie du pays en liaison avec le coup d’État de 2012, la 4ème rébellion et une mauvaise gouvernance. “Les fortes attentes des populations maliennes les ont poussées à fonder tout leur espoir sur le président IBK, plébiscité avec près de 78 % des suffrages au second tour de la présidentielle de 2013”, a-t-il poursuivi. Soutenir visiblement l’action gouvernementale Et de préciser que la Cmp a pour missions, entre autres, d’accompagner le président IBK dans la mise en œuvre de son programme de gouvernement inspiré de son projet politique, de soutenir de façon lisible et visible l’action gouvernementale, d’appuyer le gouvernement en vue de l’attente diligente des objectifs de développement contenus dans le programme politique du président de la République. Selon lui, l’analyse des activités menées par IBK sous le vocable “Le Mali d’abord” a été faite sans complaisance au cours d’une conférence-débats organisée par la Cmp. Il ajoutera que les exposés ont porté sur les thèmes suivants : Évolution économique et amélioration des conditions de vie des populations, promotion des femmes et réduction de la pauvreté, les infrastructures, la création d’emplois. La problématique de la paix, de la sécurité et de la stabilité a été également débattue lors de cette activité. Evitons de tomber dans les questions de personne En réponse à la question relative à l’absence de certains chefs de partis politiques membres de la Cmp, le conférencier dira qu’il faut éviter de rentrer dans certains détails au risque de tomber dans les questions de personne. “L’appartenance à la Cmp demande le respect de certaines règles. Nous voulons bien sûr aborder les questions relatives au statut de notre pays et sa gestion internationale “. À sa suite, le président de l’Um-Rda a abordé la question sur le rôle de l’or dans l’économie malienne. Selon lui, sous la gouvernance IBK, la production d’or a atteint les 1 000 milliards de Fcfa par an avec plus de 1 200 emplois créés. Et d’ajouter que le secteur minier malien est très prometteur. Cependant, l’absence de raffineries afin de créer de la valeur ajoutée sur la production d’or constitue l’une des faiblesses du secteur. “Le Mali a un potentiel d’endettement très important car le taux d’endettement de notre pays est le plus bas avec 30 % du PIB “, a-t-il précisé. En réponse à la question relative au rôle de la mission onusienne et des autres forces étrangères dans la résolution de la crise sécuritaire de notre pays, Boubacar Dicko du Rpm est formel : “La Minusma n’est pas au Mali pour faire la guerre, mais sa mission est plutôt de stabiliser les Institutions de la République afin de permettre à l’État d’exercer sa souveraineté sur l’ensemble du territoire national. La stabilisation n’est pas que sécuritaire, elle concerne également le retour des réfugiés “. Concertation autour de l’insécurité dans la bande sahélo-saharienne Par rapport à la nécessité de l’existence des autres forces présentes au Mali, il dira que l’insécurité n’est plus liée à la rébellion. À ce titre, la création d’un cadre de concertation avec les partenaires du Mali pour endiguer l’insécurité dans la bande sahélo-saharienne est plus que nécessaire. Se prononçant sur les mouvements de contestation ayant poussé le président IBK de sursoir à son projet de révision constitutionnelle, Boubacar Touré dit Bou estimera que c’est la démocratie malienne qui a pris un coup avec l’échec du processus. Car, selon lui, le débat démocratique s’est transporté dans la rue. “La rue a pris le dessus sur le débat démocratique à l’Assemblée nationale. Donc, à travers cette décision du président de sursoir à la révision constitutionnelle, c’est le peuple malien qui a été empêché de s’exprimer”, a-t-il déploré. Sur la question relative à la position de l’Adema/Pasj par rapport à la Cmp, l’honorable Assarid Ag Imbarkawane a précisé que “jusqu’à preuve du contraire l’Adema est membre de la majorité présidentielle. Le débat qui se tient en son sein actuellement est très normal dans toute formation politique digne de ce nom à l’approche de l’élection présidentielle”. Emergence politique des femmes parmi les priorités de IBK Quant à la présidente du Redd, Sidibé Aminata Diallo, elle a évoqué la question relative à l’émergence politique des femmes et à l’accès de la population aux services sociaux de base. À l’en croire, la priorité du président IBK c’est l’accès des Maliens aux besoins basics, à travers la lutte contre les disparités installées dans la partie septentrionale du pays du fait de la crise sécuritaire. “La question de l’émergence politique de la femme est cœur de la gouvernance IBK. Cela se manifeste par l’adoption sous le leadership de IBK de la Loi sur le genre”, a-t-elle ajouté. Pour sa part, le président du Rds, Pr Younouss Hameye Dicko, a rappelé la position de la Cmp par rapport à la révision des listes électorales en vue de permettre à notre pays d’organiser des élections libres, crédibles et transparentes. “La Cmp a le même souci que tous les partis politiques. L’opposition n’a pas le monopole de l’honnêteté et des valeurs d’équité “, a-t-il conclu. Boubacar PAÏTAO Source : aBamako aBamako