Marché du programme de vérification des importants (PVI) : Web Fontaine disqualifiée au profit de la Société Bivac

6
La Société Bivac (Bureau Veritas-Mali) se trouve aujourd’hui en bonne position pour décrocher le marché du Programme de Vérification des Importations (PVI). C’est ce qui ressort de l’analyse des différents dossiers par la Direction générale des marchés publics qui propose l’attribution du marché à cette société française. En lieu et place de la société Web Fontaine disqualifiée par la Dgmp, mais auparavant retenue comme adjudicataire provisoire par la Commission de dépouillement des offres pilotée par le secrétaire général du Cnpm. La Société Bivac, filiale du Groupe français Bureau Veritas, détient depuis le 12 janvier 2007 le marché du Programme de vérification des importations (PVI) au Mali. Ledit marché consiste à exécuter le programme de contrôle et de vérification des importations dans le souci d’assurer le respect de la règlementation en vigueur et la conformité des marchandises aux spécifications contractuelles, ainsi que l’optimisation des recettes douanières, la protection du développement économique, mais également la facilitation de la compétitivité des opérations en leur garantissant un marché concurrentiel plus loyal. C’est le 31 décembre 2017 que le contrat de Bivac prendra fin. Raison pour laquelle, le Conseil national du patronat du Mali (Cnpm) dirigé par Mamadou Sinsy Coulibaly a lancé un Appel d’Offres international. Pour ce faire, une Commission de dépouillement a été mise en place pour gérer ce dossier. Après dépouillement, trois sociétés ont été retenues. Il s’agit de Bivac, Crispon Logitic et Web Fontaine. D’après le rapport de la Commission, la société Web Fontaine avait été retenue comme adjudicataire provisoire du marché du PVI. Alors qu’elle avait la plus mauvaise offre technique et financière. Selon nos informations, la Direction générale des marchés publics (Dgmp) vient de donner son avis sur ce dossier, en toute transparence, après le travail d’une commission composée de membres très expérimentés qui ont procédé à la vérification de tous les documents. Au terme de leur analyse, il s’avère que la proposition de Web Fontaine n’était pas la bonne et par conséquent cette société ne devait être déclarée adjudicataire provisoire du marché par la Commission mise en place par le Cnpm. En effet, la Direction générale des marchés publics aurait fait des réserves sur le choix de Web Fontaine dont le dossier comporterait de nombreuses failles qui justifieraient sa disqualification. S’agissant de la Société Crispon Logitic, il faut préciser, selon nos informations, qu’elle serait aussi écartée à cause d’une mauvaise offre technique. Par contre, pour la Dgmp, l’offre technique de Bivac (Veritas-Mali) est principalement conforme aux dossiers d’Appel d’Offres international. En outre, en terme d’offre financière, Bivac est le moins disant des soumissionnaires, avec une proposition de 23 286 473 500 Fcfa contre 25 410 139 929 Fcfa de la Société Web Fontaine, soit un écart de 2 123 666 427 Fcfa. En conclusion, toujours selon nos informations, la Direction générale des marchés publics propose l’attribution du marché à Bivac. Mais, en réalité, le dernier mot revient au Conseil national du patronat du Mali chargé de la gestion du PVI. Toutefois, son choix devra être motivé. En d’autres termes, il doit être conforme aux dispositions légales en la matière. Dossier à suivre. A.B. HAÏDARA Source : aBamako aBamako