Crise du football malien : Le ministre des sports en passe de jéter l’éponge

48
A la suite des confusions constatées lors de l’Assemblée générale élective de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT), le 8 octobre 2017, le ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo, qui avait prédit ces incidents malheureux, est en passe de quitter le gouvernement. En effet, il serait sur le point de démissionner, au motif que le football malien a été politisé. Une situation qui rend sa gestion aujourd’hui très difficile. Selon son entourage, il s’est dit désavoué publiquement par le Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga, qui l’a dessaisi du dossier du football pour le confier à d’autres ministères. Lesquels n’ont pas réussi à vider les contentieux, quand bien même qu’un accord avait été trouvé entre les protagonistes. Rappelons que tous les points de cet accord ont été violés par le Comité exécutif sortant. Aussi, certaines hautes personnalités politiques du pays auraient tenté d’exercer sur lui la pression pour faire élire à tout prix leur candidat à la tête de la FEMAFOOT, en soutenant notamment que Salaha Baby et Ag Abeta Seydou sont des membres du GATIA et constituaient une menace pour le football malien. C’est suite à cette politisation, qui a entrainé le retour des vieux démons au sein de l’instance dirigeante du football, que le ministre des Sports, Housseini Amion Guindo, envisage de s’extirper de cet attelage gouvernemental. Il nous revient qu’il a échangé avec le président de la République, Ibrahima Boubacar Kéita, sur les problèmes qui ont entaché l’assemblée générale de dimanche dernier. Le président de la République, qui a été, semble-t-il, surpris de la tournure prise par les évènements, pourrait dans les prochains jours prendre toutes ses responsabilités d’autant plus qu’il serait maintenant bien imprégné de toute la situation qui avait prévalu au Gouvernorat (lieu qui avait abrité les travaux de l’AG lors du premier jour avant que les participants ne soient chassés par Ami Kane pour raison d’incidents). Bien que l’histoire lui ait donné raison aujourd’hui, quand il disait qu’une refondation du football malien s’imposait avant l’Assemblée élective, le ministre Guindo veut être juste et tranquille avec sa conscience. A cet effet, il ne serait pas prêt à cautionner l’injustice en privant les faibles de leur droit au profit des forts. Aussi, il convient de signaler que les militants de son parti, la CODEM (quatrième force politique du pays), sont en ébullition à cause de cette affaire. Ils exigent le retrait pur et simple du parti de la majorité présidentielle en vue de faire face à la présidentielle de 2018. Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here