Lancement d Lancement des activités d’Ir Ganda : Agir dans l’Unité pour le Développement et le bonheur des populations

26
L’Association est porteuse d’une grande ambition et d’un grand projet de société qui visent de faire sentir les saveurs de la paix aux populations du Nord La grande salle du Palais des sports a refusé du monde, samedi après-midi, lors de la cérémonie de lancement des activités de l’Association des communautés de culture songhoï en mouvement «Ir Ganda». L’événement auquel a pris part le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a rassemblé un grand nombre de participants. Plusieurs membres du gouvernement, des élus, des cadres de l’administration, des religieux, les représentants de toutes les sensibilités et des forces vives de la nation ont marqué de leur présence cette cérémonie placée sous le slogan : «rassemblement, unité et mobilisation autour des valeurs républicaines qui ont toujours caractérisé notre nation». Etaient également présents les représentants d’autres organisations communautaires, comme Djina dogon, Tabital Poulakou, les ressortissants de Kayes, de Sikasso et du Sahel occidental. Ils ont tous pris la parole pour assurer le nouveau mouvement de leur accompagnement. C’est par l’exécution de l’hymne national qu’a débuté la cérémonie, comme pour dénoncer et couper court aux commentaires tendancieux et critiques acerbes sur les motifs réels de ce regroupement. Ensuite, ce fut des prières et des bénédictions prononcées par l’imam Mahmoud Dicko. L’évènement a été l’occasion pour les participants de découvrir, à la faveur d’une projection vidéo, une restitution des assises de Gao ayant réuni les Songhoï de tous les horizons et qui ont traité de plusieurs thématiques sur le développement des régions du Nord. De cette rencontre, il est ressorti des recommandations pertinentes. D’abord une forte exigence de sécurité à la réalisation de laquelle les populations demandent à être associées. Il y a aussi le rejet catégorique de tout émiettement du terroir d’Ir Ganda, une implication forte des populations dans la gouvernance locale partagée, une bonne distribution de la justice pour mettre fin à l’impunité et le retour de la cohésion sociale et d’un mieux vivre ensemble. Dans son intervention, le président de l’Association «Ir Ganda», Ousmane Issoufi Maiga, a d’abord fait observer une minute de silence en la mémoire des victimes civiles et militaires, maliennes et étrangères de la crise imposée à notre pays depuis 2012. Il a ensuite rappelé la richesse de la culture du peuple songhoï dont la défense et la conservation nécessitent une mobilisation sans faille. Ousmane Issoufi Maiga a rappelé que le songhoï est caractérisé par des valeurs d’humanisme, de générosité, d’équité, de solidarité, de bravoure et d’hospitalité qui n’ont jamais été abandonnées quelles que soient les situations. Expliquant les raisons de la création de cette association, l’ancien Premier ministre a soutenu qu’il s’agit, pour les cadres, de défendre le patrimoine historique de même que les intérêts moraux, socioculturels et économiques des populations, de jouer leur partition dans un Mali uni, laïc, républicain et démocratique. Ousmane Issoufi Maiga, avec le franc-parler qu’on lui connaît, a réaffirmé qu’«Ir Ganda» n’est ni politique, ni un groupe armé, encore moins une organisation à but lucratif ou confessionnelle. Il s’agit ni plus, ni moins, que d’une association socioculturelle dont les objectifs convergent vers la sécurité, le développement et le vivre ensemble. Tout au long de son intervention, le président des communautés de culture songhoï n’a eu de cesse d’évoquer l’esprit d’unité, de cohésion et républicain qui anime ce mouvement. Contingences géopolitiques. A ce titre, il indiquera que la vocation d’Ir Ganda est de procéder à un grand rassemblement populaire d’hommes et de femmes épris de justice et du désir immense de paix et de bien-être dans les régions du Nord et pour tous les Maliens. Cette vocation tire, selon lui, son fondement de l’esprit spécifique qui caractérise le songhoï. Selon lui, cette mobilisation était nécessaire car les contingences géopolitiques et géostratégiques ont menacé l’existence même du terroir songhoï et de sa population. Tout en reconnaissant qu’un long chemin a été parcouru depuis 1990 pour la résolution des crises et le développement du Nord, le président d’Ir Ganda a appelé à une interrogation générale sur l’efficacité des stratégies mises en place. Selon lui, l’inexistence d’un cadre cohérent d’intervention des actions et le manque de synergie dans les actions en seraient les causes. Ousmane Issoufi Maiga a fait savoir aussi que l’Association des communautés de culture songhoï en mouvement, «Ir Ganda» est porteuse d’une grande ambition et d’un grand projet de société qui visent à faire sentir les saveurs de la paix aux populations du Nord. Il a également appelé à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation et remercié le président de la République pour ses efforts inlassables pour l’avènement d’une paix durable au Mali. Il a également rendu hommage aux amis du Mali ainsi qu’aux forces armées et de sécurité. Nos hommes en tenue méritent des moyens adéquats pour accomplir leur mission, a plaidé Ousmane Issoufi Maiga. Il compte non seulement sur le soutien de la communauté internationale mais aussi et surtout sur l’engagement de chaque Malien à contribuer à hauteur de 100 Fcfa pour soutenir l’Armée. «Comptons sur nous-mêmes», a-t-il recommandé. Après avoir évoqué plusieurs anecdotes sur la Région de Gao, le président de la République a indiqué que sa présence à cet événement s’explique par la connaissance des animateurs de ce mouvement et la confiance que les Maliens placent en eux quant à leur attachement au Mali et leur engagement sans faille à servir ce pays. Saluant la démarche inclusive du mouvement à la recherche du développement inclusif et une gouvernance maitrisée par la population en particulier en ce qui concerne les questions de sécurité, Ibrahim Boubacar Keita a dit n’avoir aucune crainte de l’expression des diversités quand elles mettent en avant la nature profonde de notre pays. Il a salué l’adhésion des communautés du Nord à l’Accord pour la paix et la réconciliation et donné des garanties quant à son application. Pour lui, cela passe par plusieurs chantiers parmi lesquels la construction du barrage de Taoussa qui aura la triple vocation d’assurer la navigabilité du fleuve à plein temps, la promotion d’une agriculture intensive et la production de l’électricité. Aussi, le chef de l’Etat a-t-il annoncé la construction de la route Sévaré-Gao, de l’hôpital à Gao, des aéroports de Kidal et de Taoudéni et de la la route Taoudéni-frontière avec l’Algérie. Le président Keita a rappelé que tous ces projets ne seront possibles qu’avec la sécurité. C’est pourquoi, soulignera-t-il, aucun sacrifice n’est de trop pour soutenir l’Armée, notamment avec des équipements aériens. Lougaye ALMOULOUD Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here