Arrêté et écroué à la maison d’arrêt de Bamako : Le grand spéculateur foncier N’Diatoumani Diakité dit “HSF” réussit à se faire libérer pour raison de “maladie”

23
Diatoumani Diakité, plus connu sous le sobriquet de HSF, est celui-là qui, avec un titre foncier issu du parcellement administratif de Banco, est parti démolir les propriétés des paisibles populations de Kabala à leur insu, sur la base d’un jugement arbitraire du Tribunal de Kati. Grâce à l’implication très remarquable du Procureur général près la cour d’Appel de Bamako, il fut arrêté et écroué à la Maison d’Arrêt de Bamako. Mais c’était sans compter sur le réseau mafieux des spéculateurs fonciers. En effet, moins d’une semaine après son arrestation, l’escroc N’Diatoumani Diakité réussit à se faire libérer pour raison de “maladie” et cela sans dédommager aucune de ses victimes. C’est l’incompréhension totale à Kabala, où la population redoute une complicité du Tribunal de la Commune V. En effet, un détenu malade doit être mis sous contrôle judiciaire au niveau de l’hôpital. N’Diatoumani libéré, ce sont ses complices, notamment un Français et un de ses fils, qui se livrent à des scènes de provocation à Kabala. Fatiguées et à bout, les populations de Kabala sont reparties voir le Procureur général près de la cour d’Appel, notamment sur le dédommagement des casses de leurs propriétés après la libération de N’Diantoumani par le tribunal de la Commune V. Le Procureur général près de la cour d’Appel réputé intègre et juste a promis de s’impliquer personnellement en vue de trouver une solution rapide à ce cas d’injustice flagrante. En tout cas, les plus hautes autorités sont interpellées par rapport à ce cas et à ceux causés par toutes les spéculations foncières. Si on ne met pas fin à l’impunité et à l’injustice, ce sont les populations qui risqueront de régler elles-mêmes leurs différends fonciers en s’en prenant aux spéculateurs fonciers. Et c’est le rôle de la presse de tirer la sonnette d’alarme avant qu’il ne soit trop tard. A.B. HAÏDARA Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here