Descente dans les champs avec l’appui de la garde nationale : L’Ocs saisit près de 500 kg de cannabis cultivés dans un village du cercle de Yanfolila

7
En exploitant judicieusement des renseignements reçus le 05/08/20 17 avec la collaboration du bureau des Douanes de Yanfolila, les éléments de l’Office central des stupéfiants (Ocs) se sont transportés à Filamana dans le cercle de Yanfolila, plus précisément au village de Denso Bèlèda où des paysans se livrent à la culture du cannabis. La descente de l’Ocs appuyée par la Garde nationale la semaine dernière a permis de mettre la main sur 408 kg d’herbes de cannabis, 20kg de graines de semence pour un seul producteur du nom de Salif Diakité qui est en cabale. Deux personnes ont été interpellées : Adarna Diakité et Diana Diakité. C’est une affaire de toute une famille dont le patriarche qui est le chef de village. L’Ocs entend poursuivre ce genre d’opérations car plusieurs cultivateurs de cannabis ont été signalés dans cette zone et aussi la route d’approvisionnement car le produit serait écoulé directement en Guinée. es éléments de l’Office central des stupéfiants, notamment ceux de l’Antenne régionale de Sikasso, ont fait preuve de vigilance et de professionnalisme pour mener à bien cette opération qui a provoqué la panique dans beaucoup de village du cercle de Yanfolila où des paysans s’adonnent à la culture du cannabis. En effet, exploitant les renseignements reçus en collaboration avec la douane de Yanfolila, les éléments de l’Ocs ont envoyé discrètement une équipe pour procéder au repérage des champs où sont cultivés le cannabis, le 06 aout 2017. Une opération délicate menée nuitamment en plein hivernage à bord de motos puisque la montée des eaux ne permettait pas l’accès des lieux aux véhicules. En ce temps-là, les champs étaient à floraison et l’équipe qui a mené cette mission a même eu à faire des photos, après avoir sillonné trois champs. Et l’équipe de filature mise en place par la suite permettra d’identifier deux propriétaires de champs : Diana Diakité, le chef du village et Salif Diakité qui est actuellement en cabale. L’intervention pour détruire les cultures et interpeller les auteurs, prévue tout juste quand les cours d’eaux seraient en décru, n’a pas eu lieu à la date prévue, dans la mesure où une violence avait éclaté entre cultivateurs et éleveurs et avait même nécessité l’intervention des plus hautes autorités de la région. Cette situation n’était pas favorable à une descente de l’Ocs appuyé par les forces de sécurité car pouvant être interprétée comme une prise de position contre les agriculteurs pour verser dans l’amalgame et sous ce prétexte l’agression des éléments de l’Ocs n’était pas à écarter. Il fallait donc attendre un moment plus propice. En d’autres termes, reporter l’intervention à une autre période était une nécessité. Mais quel ne fut la surprise d’une équipe envoyée sur les lieux le 18 octobre dernier pour voir l’état des champs : elle a constaté que, profitant du moment qui a suivi la tension pendant lequel l’Ocs attendait que la baisse de la tension, les délinquants avaient fini de faire leur récolte.L’Antenne de l’Ocs à Sikasso a rapidement réagi en rendant compte de la situation à la hiérarchie à Bamako, plus précisément à la Direction générale de l’Office central des stupéfiants qui a mis des moyens à disposition pour effectuer une intervention afin de mettre la main sur les présumés auteurs et leurs récoltes. Descente dans le village de Denso Bèlèda Notons au passage que seule la Garde nationale a répondu favorablement à la demande de renfort en personnel et en logistique pour mener l’opération. La gendarmerie, malgré la lettre adressée au Commandant de la Légion de Gendarmerie de Sikasso, n’a apporté son appui ni en effectif ni en logistique. C’est donc avec le renfort de la Garde nationale que les éléments de l’Ocs ont effectué une descente dans le village de Denso Bèlèda pour interpeller non seulement les personnes identifiées, mais aussi pour saisir les récoltes qui devaient être phase de séchage. A son arrivée audit village, l’équipe s’est dirigée au domicile du chef de village, Diarra Diakité qui a assuré l’accueil. Après s’être identifiés, les éléments lui ont demandé, avec un de ses conseillers, de les accompagner au domicile du nommé Salif Diakité qui était absent au moment de l’opération. C’est ainsi qu’en la présence constante du chef du village, de deux de ses conseillers et de deux jeunes frères de Salif Diakité, l’équipe a procédé à une perquisition dans les différentes chambres et pièces que compte la concession familiale. Deux (02) sacs d’herbes de cannabis furent découverts dans la chambre de Seyan Diakité, père de Salif Diakité, huit (08) sacs étaient entreposés dans une autre chambre, un sac de 100 kg contenant de la semence et un autre sac contenant de la poudre de cannabis ont été aussi trouvés dans un magasin. A la fin, il a été notifié au chef de village qu’il fait partie des personnes suspectées. C’est à partir de cela que le mécontentement du chef de village et de son entourage a commencé à se faire sentir. Devant la mobilisation des populations et surtout des tensions persistantes dans la zone, l’équipe d’intervention s’est retirée avec la marchandise saisie et les personnes interpellées Adarna Diakité et Diarra Diakité. A Sikasso où il a été interrogé par les limiers de l’Ocs, le chef du village ne nie pas la culture de cannabis, mais tente de se défendre que ses enfants peuvent mener cette culture à son insu car ayant des champs privés différents des champs communs pour l’ensemble de la famille. Il ajoutera que lui-même n’a personnellement jamais cultivé cette plante avant de laisser entendre que même si d’autres avaient leur récolte à la maison, ils allaient tout détruire aussitôt après son interpellation. La justice décidera de son sort. Précisons que l’Ocs entend poursuivre ce genre d’opérations sur l’ensemble de la zone avec l’appui de la Garde nationale qui a été remerciée pour son implication citoyenne. En effet, il existerait de plus gros cultivateurs de cannabis que Salif Diakité dans cette zone et l’Ocs est engagé à mettre fin à leurs activités criminelles. Amadou B. NIANG Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here