Mairie du district de Bamako: Qui succédera à Adama Sangaré ?

78
Adama Sangaré, l’actuel maire du district de Bamako, doit disputer son fauteuil avec des candidats tous sûrs de leurs bonnes étoiles. L’édile issu du parti ADEMA sera l’adversaire de Moussa Mara, le patron du parti Yelema, qui n’a jamais caché sa volonté de diriger la mairie du district bien qu’ayant des ambitions présidentielles. Les candidats foisonnent, mais celui qui sera élu «Président du district» pourra-t-il combler les attentes ? De simples commodités comme les caniveaux et l’eau potable sont des luxes pour de nombreux habitants de la capitale malienne dont l’extension n’a pas été suivie de travaux publics. En plus d’être connu du grand public pour avoir été Premier ministre, Moussa Mara peut compter sur une certaine sympathie de la part de clubs religieux. Plusieurs associations de femmes musulmanes et de jeunes actifs dans les mouvements religieux lui vouent une grande admiration. Le revers de cette médaille est qu’il n’y pas que ces groupements dont la proximité avec Mara a suscité beaucoup de critiques. Mais l’ancien Premier ministre d’IBK entend conjurer le mauvais sort en inscrivant son action hors des milieux religieux. La stratégie adoptée est son départ de la présidence de Yelema en faveur d’un mouvement créé récemment et ouvert à d’autres forces politiques. L’élection présidentielle de 2018 est l’enjeu principal de ce mouvement qui pourrait également créer des surprises à la mairie du district de Bamako. D’autres adversaires de taille sont signalés comme Racine Thiam, l’ancien responsable de la communication de la présidence de la République. Il ne fait pas cavalier seul. Sa liste est d’ailleurs dirigée par Me. Demba Traoré de l’URD, un parti d’opposition. Cette collaboration explique les dessous de l’alliance du parti de Thiam et celui de Soumaila Cissé, une joint-venture dont l’annonce médiatisée la semaine dernière avait surpris certains. Cette liste d’opposants a des atouts. Me. Demba, un habitué des joutes électorales à Bamako, devra batailler fort pour transformer sa notoriété médiatique en points. Il reste à savoir si le turbulent avocat, chantre de la plateforme Antè Abana, sera servi par les acquis de la contestation populaire née contre le projet référendaire d’IBK. Quant à Racine, on dit qu’il a un réseau souterrain, des jeunes de quartiers populaires. Bien d’autres candidats tapis dans l’ombre sont dans la course pour la mairie du district de Bamako dont le statut va changer logiquement avec la matérialisation de la régionalisation. Celui qui sera élu « Président du district» entamera probablement un chantier gigantesque. De simples commodités comme les caniveaux et l’eau potable sont des luxes pour de nombreux habitants de la capitale malienne dont l’extension n’a pas été suivie de travaux publics. Soumaila T. Diarra Source : aBamako aBamako

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here