Gestion chaotique des grands dossiers : Abdoulaye Idrissa Maiga à l’index

112

Depuis plusieurs mois, la gestion des grands dossiers pose problème. Et l’exécutif s’en sort très affaibli. De la crise du football malien aux négociations sur les préavis de grève du Syntade, en passant par l’organisation du forum sur le dialogue social et le dossier de la dette intérieure, le Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga, a, soi-même, géré les dossiers, ou les a confiés à un ministre. Résultat : c’est du pareil au même ! La gestion de la crise du football malien Après plusieurs tentatives infructueuses du ministre des Sports, à travers les notables de Bamako, les leaders religieux et politiques, ainsi que de la société civile, pour résoudre la crise qui secoue le sport roi au Mali, Housseini Amion Guindo a retiré la délégation de l’État au comité exécutif de la Fédération malienne de football. Il a aussitôt mis en place un comité de normalisation. Un comité qui avait pour mission de préparer l’assemblée générale élective de la Fémafoot et de poser les jalons de la professionnalisation du football malien. Quelques semaines après, le chef du gouvernement a pris une décision unilatérale au nom du fameux accord Empé. Un accord qui a permis le retour aux affaires de Baba Diarra à la tête du comité exécutif. Dans cet accord, au lieu que le ministre des Sports gère son dossier, c’est le ministre du Commerce, porte-parole du gouvernement, Abdel Kader Konaté, qui a été désigné pour le faire. Et Ousseyni Camion Guindo a ainsi été écarté. On connaît la suite : Baba Diarra a violé toutes les dispositions de l’accord ; l’assemblée générale élective a été mal organisée. Deux bureaux ont été élus. Ni la CAF ni la FIFA ne reconnaisse l’un d’entre eux. L’histoire donne finalement raison à Poulo qui disait que la solution au problème ne passait pas par Baba Diarra. Et mieux, le Premier ministre, en complicité avec la famille présidentielle, avait voulu imposé le bureau présidé par Mamoutou Touré dit Bavieux. Là encore, il a échoué. Et le dossier fut enfin remis au ministre des Sports. Boubou Cissé remis dans ses droits par le chef de l’État Dans le cadre de la gestion du dossier concernant la dette intérieure, Dr. Boubou Cissé, ministre de l’Economie et des Finances, a décidé de ne payer que certaines factures pour un montant global de près de 34 milliards de Fcfa. Excluant de fait, toutes les factures jugées fausses, selon le patron de l’hôtel des finances. Des mouvements de protestations de fournisseurs se sont mis en place. Des marches et sit-in ont été programmés. Le chef du gouvernement a alors reçu les contestataires et instruit à Boubou Cissé de les payer sans autre forme de procès. C’est ainsi que le ministre Cissé a été dessaisi du dossier. Quelques semaines plus tard, le président de la République a instruit au Premier ministre de remettre le dossier à Boubou Cissé. Encore un désaveu. Abdoulaye Idrissa Maïga était sur le point de paralyser l’administration publique Le premier préavis de grève su Syntade a été mal géré par le gouvernement à cause de l’indifférence du chef du gouvernement. Selon nos informations, il aurait dit au ministre du Travail que ce n’était pas à lui de gérer les grèves. Lorsque Mme le ministre Talla lui avait demandé son avis au sujet des revendications du Syntade. C’est grâce à la détermination de la ministre Talla que le pire a été évité. Car elle a vite sollicité le soutien du président de la République, après avoir été blackboulée par son Premier ministre. Selon des sources bien informées, l’organisation du forum sur le dialogue social a été confiée à un organe créé par le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga. André Traoré Le Soleil Hebdo du 9 novembre 2017 Source : Africatime Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here