Aéroports du Mali : «Il est inadmissible de passer 1 heure de vol et venir attendre le même temps pour récupérer ses bagages parfois dans des conditions pénibles», dixit le PDG intérimaire

18
Dans le cadre des nouvelles réformes engagées, la nouvelle équipe des Aéroports du Mali, dont Aly Tamboura assure l’intérim du PDG, a dévoilé son plan de travail. Il s’agit, entre autres, de la réduction du temps de récupération des bagages, effets personnels et colis en litige. Cette nouvelle équipe dirigée par Aly Tamboura, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est entouré des hommes et de femmes dévoués à rehausser le niveau de l’Aéroport International Modibo Kéïta de Bamako. Elle vient de dévoiler son plan de travail. Ainsi, parmi les nouvelles réformes envisagées par l’Administration actuelle des Aéroports du Mali (ADM), il y a la réduction du temps de récupération des bagages, des effets personnels et colis en litige, constituant un point important auquel un diagnostic a été déjà posé et des solutions sont attendues dans un bref délai. Ensuite, d’autres secteurs seront réaménagés afin d’améliorer le service des passagers et transformer le temps d’attente en moment de détente et de plaisir. Pour ce faire, il sera nécessaire de doter l’Administration d’un personnel formé et qualifié. D’autres actions Les actions à mener à court, moyen et long termes visent à nouer des contacts avec des partenaires stratégiques ; d’assister et de former le personnel de l’ADM qui constitue la première force de la structure et de produire des services conformes aux normes internationales. Également, il est envisagé de réduire les coûts excessifs d’entretien et de maintenance ; de rendre attractive la destination de l’Aéroport international Président Modibo Kéïta; de respecter et de mettre en œuvre le programme d’activités validé par le Conseil d’administration; de certifier les états financiers de l’exercice 2016 et de rendre plus confortables les lieux et conditions d’accueil des Officiels. En somme, ces actions visent à garantir la pérennisation et le bon fonctionnement des équipements et installations en place; de définir les rôles et missions de chaque entité dans la gestion efficiente et rationnelle de la centrale électrique; de sécuriser les installations et équipements déployés. Enfin, il s’agit de garantir la sécurité du pavillon lors des vols officiels et d’accroitre l’image de marque du service. L’accessibilité de l’aérogare une priorité Il a été constaté qu’à l’instar de tous les aéroports modernes, il faut rendre indépendants les terminaux 1 et 2 en énergie secours par le fait d’établir un contact avec un Bureau d’étude afin de réaliser les travaux conformément au cahier des charges et améliorer le confort du terminal 2 en y instant un nouveau système de climatisation. Il faudra également revoir le débit d’eau dans l’aérogare en l’équipant d’un système de suppresseur et de bâches à eau ; pour plus de professionnalisme, il faudra mettre aux normes internationales le salon VIP, garantir le bon fonctionnement de ses équipements et permettre aux forces de l’ordre notamment la police d’effectuer leurs missions de sûreté dans l’espace aéroportuaire et, enfin, permettre aux compagnies aériennes de desservir l’Aéroport de Kayes à partir de l’intérieur et de l’extérieur du Mali. Un plan de travail partagé, fruit d’une grande concertation De prime abord, pour réussir, ces résultats visés, l’implication de tous les travailleurs s’imposent. C’est pour quoi, désormais, chaque agent serait évalué en fonction des résultats enregistrés à son actif et, en retour, au-delà des encouragements de la hiérarchie, des motivations et des promotions seront accordées aux plus méritants. Ainsi, pour relever le défi, il faut une gestion efficace et efficiente des fonds, une bonne lisibilité des écritures comptables et un accroissement des recettes au niveau des services assiettes de l’ADM. Il faut aussi adresser des correspondances aux prestataires bénéficiaires de gros marchés pour renégocier les contrats ; corriger les non conformités et veiller à la mise en œuvre des procédures édictées. Rappelons que les Aéroports du Mali sont une entreprise d’État chargée de l’exploitation commerciale, de la protection et du développement des installations et équipements ouverts à la circulation aérienne publique depuis 1970. Les Aéroports du Mali deviennent une entreprise nationale créée sous forme d’établissement publique à caractère commerciale (EPIC) et regroupant 9 aéroports à travers le pays. Salimata Fofana Source : aBamako aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here